Education

August 27, 2014

Études à Distance : Trouver le Difficile Equilibre Entre Travail et Famille

Le système des cours à distance est en pleine croissance et prend de plus en plus d’importance.

Cette pratique a été introduite au 19e siècle pour que les études deviennent plus accessibles. Les Mauriciens sont nombreux à se tourner vers la formation à distance aussi bien auprès des universités étrangères que locales. Mais il y a quelques inconvénients.

Ils sont nombreux à opter pour les études à distance, surtout ceux qui veulent concilier travail et études ou qui ne souhaitent pas partir à l’étranger. Cependant, si certains ont du mal à jongler entre vie professionnelle et vie personnelle, d’autres semblent être inconscients des implications des cours à distance. La University of South Africa (l’UNISA) est une des institutions tertiaires qui offrent la possibilité d’obtenir un Bachelor Degree ou un Masters par correspondance. Elle est la première institution privée à avoir proposé le Distance Learning. Une panoplie de cours y est offerte. Et ce, dans plusieurs domaines. Le prix des cours s’élève à environ Rs 350 000.

L’Open University of Mauritius est une des plus récentes universités locales. Le Dr Kaviraj Sukon, le directeur, précise qu’en 2012, 3 500 inscriptions avaient été reçues pour des cours selon le format Distance Learning. Ce qui démontre, selon lui, un réel engouement pour ce secteur. « Il est désormais possible, à qui le souhaite, d’obtenir une qualification tout en travaillant. Étudier à temps partiel est un des avantages des études à distance. L’enseignement, dans ce cas, est accompagné de vidéos et de documents pédagogiques afin que chaque étudiant obtienne une expérience d’apprentissage exceptionnelle à son rythme, à domicile ou au travail. Les étudiants peuvent lire, regarder ou écouter les consignes. Les matériaux aussi leur sont fournis. C’est également possible de pratiquer les activités du cours avec le soutien régulier du tuteur. Les cours les plus demandés sont le MBA; le BSc en Business Management, le BA English et le BA French », soutient notre interlocuteur.

Le Dr Kaviraj Sukon souligne qu’en 2013 le nombre d’étudiants selon le mode de Distance Learning, que ce soit auprès d’une institution locale ou internationale, s’élevait à 9 769, soit 19,3 % des étudiants tertiaires. Les filières les plus choisies : la comptabilité, l’administration/gestion et l’éducation. « L’Open and Distance Learning (ODL), qui se réfère à des approches d’apprentissage, permet de libérer les étudiants des contraintes telles que le temps et le déplacement. Ce qui est considéré comme un moyen plus efficace d’accroître l’accès à une éducation de qualité. Pour de nombreux étudiants, l’ODL est la seule façon de combiner les responsabilités professionnelles et familiales avec la possibilité d’étudier», affirme-t-il.

Notre interlocuteur estime que les universités traditionnelles peuvent s’avérer un obstacle à l’enseignement supérieur. Le sondage de Pew Internet/Elon University démontre qu’en 2020, l’enseignement supérieur sera très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. « L’enseignement au niveau universitaire adoptera de nouvelles méthodes d’enseignement. 60 % avancent que d’ici 2020 il y aura une adoption massive de téléconférence et de téléapprentissage. On aura beaucoup moins d’étudiants dans les classes et sur le campus », précise-t-il.

Pour Michael Saminaden, 25 ans, le maître mot de l’enseignement à distance est l’autogestion. Ce jeune homme est en première année à l’Open University et travaille à plein temps dans une firme privée. Il estime que la formation à distance est certes plus accessible, mais requiert plus de volonté et de motivation. « Je travaille six jours sur sept, de 9 heures à 20 heures. Je dois gérer mon temps et planifier mon travail. L’absence de tuteurs et le fait de travailler ne facilitent pas vraiment les choses. Toutefois, je savais que, pendant trois ans, j’allais devoir travailler d’arrache-pied pour réussir. Je dois travailler pour aider mes parents et payer mes frais universitaires avec un salaire modeste. Mes études me coûtent environ Rs 150 000 », témoigne-t-il.

La formation par correspondance, avance notre interlocuteur, requiert un délicat équilibre entre vie professionnelle et études. « Après le travail et durant le week-end, je fais de mon mieux pour préparer mes notes. Il m’est déjà arrivé de rater des sessions de rattrapage en ligne à cause du travail. Ce qui entraîne des retards par rapport aux devoirs que je dois soumettre. Je veux terminer ma licence dans le temps minimum alloué, soit trois ans. La procrastination n’est pas conseillée », lance-t-il.

Priya Deelchand, Life Coach : « Faut choisir de faire ce qu’on aime »

Priya Deelchand avance qu’avant d’embarquer vers des études à distance, il est important de s’assurer que l’institution choisie est reconnue. La Life Coach souligne que la plupart des étudiants qui entament des études à distance ont un emploi. Et souvent, ils ont du mal à concilier horaires professionnels et horaires universitaires. « La gestion du temps est très importante.

Par ailleurs, plusieurs étudiants viennent nous voir quand il s’agit de choisir une filière pour leurs études. Il est important de choisir ce qu’on aime et pas selon ce que les autres sont en train de faire ou la tendance. Certains parents ont tendance à imposer leur choix sur leurs enfants. Notons que les cours à distance sont bien plus difficiles à entreprendre. Cela demande beaucoup en termes d’implication. Si un étudiant opte pour un cours à distance, il doit faire preuve de volonté et de détermination. Au cas contraire, c’est un choix qu’il pourrait regretter. De ce fait, il est conseillé de faire des tests de personnalité et choisir la matière qui lui convient », souligne-t-elle.

Dr Issa Asgarally, pédagogue : « Plus de responsabilités… »

> Quelles sont les qualités requises pour étudier à distance? Et pourquoi?

La première qualité est l’autonomie, puisque l’étudiant à distance n’est pas toujours dans une classe et n’est pas en contact avec ses enseignants au quotidien. C’est en quelque sorte l’autoformation ! Il faut rappeler que  les cours à distance ne sont pas si nouveaux qu’on ne le pense. En effet, bien avant la création des institutions universitaires à Maurice,  ceux et celles qui ne pouvaient se rendre à l’étranger suivaient les cours par correspondance de Wolsey Hall pour l’obtention d’un diplôme dans une université britannique. Les nouvelles technologies (Internet, tablettes, etc.) ont changé la forme des cours à distance.

> Quelles sont les difficultés auxquelles les étudiants doivent se préparer?

Les difficultés découlent de la nature des cours à distance. Le manuel n’est pas imprimé. Il est virtuel. Le contact éventuel avec l’enseignant se fait par courriel, les « camarades de classe » se revoient physiquement  lors des « face-to-face sessions » (10 heures par module). Mais toutes ces difficultés peuvent heureusement être surmontées. Par exemple, les « camarades de classe » peuvent se retrouver sur Internet !

> Y a-t-il une différence entre les étudiants qui suivent des cours à l’université et ceux à distance en termes de qualité de travail, assiduité et responsabilité ?

La qualité du travail et l’assiduité des étudiants à distance - même s’ils n’ont pas beaucoup d’heures de « face-to-face sessions » - sont les mêmes que pour les étudiants à plein temps dans une université. Il s’agit dans les deux cas de « Degree Courses » ! En ce qui concerne la responsabilité, je dirai qu’elle est plus grande puisque les « Distance Learners » ne sont pas encadrés en permanence par les enseignants et l’administration.

> Quels sont vos conseils, en tant que chargé de cours et pédagogue, aux étudiants à distance?

Comme la plupart des étudiants travaillent déjà, il est indispensable pour eux de bien gérer leur emploi du temps (travail, famille, loisirs) pour pouvoir étudier les modules sur les tablettes, faire les diverses activités proposées, rédiger les « Assignments » et se préparer en vue des examens.

Ismaël Neemuth : « Il faut s’appliquer à 200% »

Certains ne choisissent pas le Distance Learning à cause des contraintes familiales. Ces derniers se sentent davantage à l’aise lorsqu’ils étudient chez eux, à leur propre rythme. Ismaël Neemuth, 22 ans, fait de petits boulots. Il a préféré l’enseignement à distance, car, pour lui, l’apprentissage avec les outils informatiques est bien plus intéressant. « Je suis célibataire, je n’ai donc pas vraiment de responsabilités familiales. Je dois gérer mon temps.

L’année dernière, j’avoue que je n’ai pas pris mes études au sérieux. Ce qui aurait pu avoir des conséquences très sérieuses. Il faut s’appliquer à 200 %, car, contrairement au mode d’enseignement traditionnel, il n’y a pas de professeurs pour nous assister tout au long du semestre », témoigne-t-il. Ismaël Neemuth précise néanmoins que sa passion pour la langue française le motive à aller jusqu’au bout. « J’avais commencé un autre cours à l’Université de Technologie de Maurice (UTM) mais j’ai réalisé qu’il serait mieux pour moi de faire mes cours à distance et surtout  dans la filière que j’aime », lance-t-il.

Isabelle, 36 ans : « Jongler entre famille et travail »

Des études démontrent que les femmes sont plus nombreuses à s’inscrire pour les cours à distance. Pourtant, ce n’est un secret pour personne que dans la plupart des cas, la femme doit davantage jongler entre famille et travail. Ce n’est pas Isabelle qui nous dira le contraire. Mariée, mère de jumelles et enseignante dans un collège privé, elle a décidé de faire son Masters par correspondance. « Après avoir complété ma licence, je me suis mariée. Je suis tombée enceinte peu de temps après. Mon mari et moi, nous voulions garder l’enfant, mais je me disais aussi que je dois terminer ma maîtrise.

Aujourd’hui, je suis en deuxième année et je me suis inscrite à une université internationale. Je vous assure que ce n’est pas facile quand il s’agit de tout gérer », lâche-t-elle. Pour Isabelle, c’est le chaos total en ce moment. Elle doit rendre son mémoire de fin d’études dans quelques mois. « Je ne sais plus où donner de la tête. Mes filles de trois ans sont très attachées à moi. Mon mari est nul en cuisine. Donc, hormis le fait que je dois m’arranger pour les cours en ligne, je dois aussi être une mère et une épouse disponible 24/7. Chaque jour, je me dis que je dois juste m’accrocher encore quelques mois pour obtenir ma maîtrise », dit-elle.

De la préparation à la réinsertion

Depuis 2013, deux détenus à la prison de Beau-Bassin suivent des cours de BSc Honours à l’Open University of Mauritius. Cette initiative est une première à Maurice. L’un d’eux a même obtenu de très bons résultats. Le Dr Issa Asgaragally  est d’avis que pour éviter la récidive, « il faut promouvoir, comme le fait Jean Bruneau, la réinsertion des détenus dans la société ». « Le meilleur moyen d’y parvenir, c’est la formation. Les cours à distance s’y prêtent à merveille, car les détenus ne peuvent évidemment pas quitter l’enceinte de la prison », précise-t-il. 

 

 

Tags Cloud

20102011Absa Bankaccaaccidentaccidentsadministration volontaireADSUadvertisingafghanistanAfrAsiaafricaagalegaagreementagricultureagroAHRIMAIairair asiaair australAir Franceair madagascarair mauritiusairasiaAirlinesairportairway coffeeAlbionalgeriaalibabaalteoAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidangolaAnil BachooApollo Bramwellappappleappointmentsappsaquaculturearab townarrestArtArvin BoolellasiaATMATOauditaudit reportaustraliaaustriaaviationawardawardsAxcel ChenneyBABagatelleBagatelle DamBAIBalaclavaBangladeshbankBank OnebankingbanksBar CouncilbarclaysBDObeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbeautybeerBelgiumBelle-MareBelle-RiveBet365betamaxbettingBharat Telecombig databitcoinblue economyBlue-BayBOIboko haramBollywoodBOMbombingbookbookmakerbooksbossBotswanabpmlBPOBramer BankbrazilbrexitBritish AirwaysbudgetbuildingbusesBusinessbusiness trendsCabinetcall centresCanadacanecareercareer tipscargocarnivalcasinoCaudanCCIDCCMCCTVCEBcelebretiescelebritiescementChagoscharityCharlie HebdoCHCchilechinachromeCIELcigarettesCim FinancecinemaclashesCMTcomoroscompetitionconcertconferenceConfinementCongoconstitutional amendmentconstructioncontestcontestscontractcooperationCoronaviruscorruptioncounterfeitcoupCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycreditscreolecrisiscruise shipcruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomercustomerscustomsCVCWAcyclingcyclonedamDawood RawatdayDBMdeficitdenguedeportationdevelopmentDiego GarciadivalidoctorsdodoDomaine les PaillesDonald TrumpDPPdrug traffickingdrugsDTAADubaiDuty Freee-commercee-servicesearthquakeebeneebolaecoécolesecologyeconomicEconomic Development BoardeconomicseconomyEducationeducation abroadeducation reformEEZEgyptEIILMelectionelectionselectoral reformelectricityelon muskembassyEmiratesemirates airlinesEmtelenergyENLentrepreneurshipEnvironmentEOCEUEuroEuropeeventeventsexamexaminationexamsexpoexportfacebookfairFalcqfarmersfarmingfashionfast foodfbiFDIfeefeesferryfestivalFievre AphteuseFIFAFIFA World CupFilm Rebate SchemefilmingfilmsfinancefinancesfinancingFirefishfishingFIUFlacqFlic-en-FlacfloodFloodsflourfonction publiquefoodFootballforecastforeign workersForumFrancefraudfruitfruitsFSCFTAfuelfunnyGAARgabongadgetsgalaxygalaxy notegamblinggame of thronesgamesgasgazaGDPGermanyghanaGlobal BusinessgolfGoodlandsgoogleGorah Issac casegovernmentGRAGrand Baygrand-baieGrand-BassinGrand-Gaubegreecegreengreen energygrippeGTUH1N1hackershajjhamashappinessHawaiihawkershealthhealthcareHeritage Cityhi-techhigher educationhighlandshistoryHolcimholidaysHong Konghorse raceshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshowhow toHRHRDCHSBCHSCHSC ProhtchungaryhuntingHusein Abdool RahimIBAIBLICACICTICTAID cardiframacillegal fishingillegal migrationillegal workersIMFimportindiaIndian OceanIndian Ocean Island GamesIndonesiainflationinfluenzaInfographicsinfrastructureinnovationinnovationsinsuranceinterest rateinternetinterpolInterviewinterview tipsinvestinginvestmentinvestmentsIOCIORECiosiPadiphoneIPOiraniraqirelandIRSISISislamicisraelITItalyjapanJean-Claude Bastos de MoraisJellyfishJewelleryJin FeiJIOIjobjobsjockeyjournalismJulian AssangeKailash TrilochunKenyakitesurfingKPMGkreolla buttelabourLafargelandlandslideLarsen & ToubrolawlawslayoffsLe MorneleadershipleakLepeplexpressliberiaLibyalifeloanloanslocal governmentLockdownlogisticslondonlotteryLottotechLRTLufthansalycheeMadagascarmade in morisMahebourgmalariamalaysiamalaysia airlinesMaldivesMalimallmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCIMDFPMeatmeccamediaMedical CouncilMedical tourismmedicamentsmedicineMedineMedPointmeetingMEFMegh PillayMESMeteoMetro ExpressMEXAmexicoMFAMGIMHCmichaela harte caseMicrosoftMIDMidlandsMIEmigrationmigration crisisminimum salaryminimum wagemiss mauritiusmistakesMITDmlMMMmobilemobile phonesMokamoneymoney launderingmonkeyMont-ChoisyMoody’sMoroccomotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMPLMQAMRAMSBMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNad SivaramenNaïadeNamibiaNandanee SoornackNarendra ModinasanatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNCGNDUNECnefNegative Income TaxNelson MandelaNeotownNepalnetherlandsnetworkingNew Mauritius Hotelsnew zealandNGONHDCNICNICHLNigerianight clubsNitin Chinien caseNobel Prizenokianorth koreaNRBNTANTCNWCCNWECOCDEoceanocean economyofofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmega ArkOmnicaneoniononlineopinionOppositionorangeoscaroscar pistoriusOUMoutsourcingPakistanpalestinePamplemoussesPanama Paperspandit sungkurParadise PapersparliamentPaul BérengerpensionpensionspeoplePereyberepermis de travailPhilippinesPhoenix Beveragesphonespicture of the daypillspiracyplageplagueplanPlanet Earth InstitutePMPMEPMOpmsdPNQpokerpolicepoliticspollutionPonzi SchemeportPort LouisPort-LouispostPovertyPPPPRPravind JugnauthPRBpresentationpresentation tipspresidentpricepricesprisonproblemprofitprojectprojectsprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic functionpublic servicepwcQatarQuantum Globalquatre-bornesquotesrainsRajindraparsad SeechurnRakesh GooljauryransomwareratesratingratingsRavi YerrigadooRDAreal estaterecallsreformreformsrefugeesreligionrentrepo ratereportRESRésidence Barklyrestaurantrestaurantsresultresultsresumeresume tipsretailReunionrevenuericeRiche-TerreriseRiviere-du-RempartRiviere-Noireroadsroche-boisRoches-Noires caseRodriguesRogersrose-belleRose-HillrosewoodRoshi BhadainRum and SugarRundheersing BheenickrupeeRussiaRwandasafetySAJsalariessalarysalesalessales tipssamsungsanctionssaudi arabiaSBIsbmSCscamscandalSCBGscholarshipscholarshipsSchoolschoolsscienceseasecuritySEMSEMDEXSenegalSeychellesShakeel MohamedShanghaisharksshootingshoppingshopping fiestashopping mallshopping mallsshowShowkutally SoodhunSICsicomSierra LeonesingaporeSITskillssmall businessSmall Planters Associationsmart citysmartphonesSMeSME MauritiusSMEDASMFsmmsnapchatSobrinho casesocialsocial mediasocial networks & messengersSofitelsoftwaresolar energySomaliasonysouthsouth africaSouth China Seasouth koreasouth sudanspainsponsorshipsportSportsSquatterssri lankaSSRStar KnitwearstartupsstatisticsstatsSTCstockstock marketstocksstrategystreet vendorsStressstrikestudystudy abroadstylesubventionsuccesssuccess storysugarsugar canesummitSun ResortsSun Tan caseSunkai caseSunnystarssupermarketssurveySwanSwedenSwitzerlandsyriaTAtabletsTaiwanTanzaniataxtax fraudtax heaventaxesTbillsteateacherTeachersteamTECtechnologytelecomtendertendersterrorismtertiarytextilethailandthethefttimetime managementtipstototaltourismtoystradetrade feetradingtrainingtrainingstransporttraveltrendsTrioletTripAdvisorTrou-aux-BichestsunamitunaTunisiaTurfTurkeyturkish airlinesTVtwittertyphoonUdMUgandaukukraineununemploymentUNESCOunionsuniverseuniversityuomUSUTMvacanciesvacancyVacoasVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-PhoenixVanilla Islandsvarma caseVATVeekram BhunjunvegetablesVerizonvideoVideo of the Dayvirtual realityvisaVishnu Lutchmeenaraidoovisitvivo energyvolcanowasteWaterWaterparkWeatherwest africawhatsappWhitedot Casewi-fiwikileakswindowsWMAwomenworkwork abroadworkersWorkshopWorldWorld Bankwriting tipsWTOXavier-Luc DuvalyahooYasin DenmamodeyemenYEPYerrigadoogateyoutubeZambiazimbabwe
Mauritius
© 2010-2020 mega.mu