Lifestyle | Places & Spaces

September 01, 2014

Réseaux Sociaux : Dérapages Virtuels Délits Reels

L’on note, depuis quelque temps, des dérapages chez certains utilisateurs de réseaux sociaux. Statistics Mauritius révèle une hausse de 60 % dans les délits et infractions sur les réseaux sociaux en deux ans. Statuts inappropriés, images indécentes… tous les moyens sont bons pour se faire remarquer.

De janvier à juillet 2014, 128 cas de délits sur les réseaux sociaux ont été enregistrés. On note une tendance à la hausse de ce genre de délits. C'est ce que démontre le nombre de cas recensés. En 2010, 165 cas ont été rapportés aux autorités contre 266 en 2012. Les délits sont divers, notamment des photos osées sur la page Facebook, humiliation d’autrui, entre autres. Ces pratiques semblent être monnaie courante surtout chez les jeunes.

En septembre 2013, un dénommé Antish poste deux vidéos de filles, dont quelques mineurs, qui se défilent en Bikini sur YouTube et Facebook. Certaines ont porté plainte contre le pseudo-réalisateur. Elles  l’accusaient  d'avoir "piraté" leur page Facebook. Par ailleurs, en août 2014, Leili, (prénom fictif) a consigné une déposition au poste de police contre Farhan, (prénom fictif), son « ami » de Facebook. Ce dernier l’aurait demandée des photos d’elle nue. Le jeune homme l’aurait également menacée de se suicider si elle ne l'envoie pas les photos.

Autre phénomène qui prend de l’ampleur est le partage des états d’âme sur Facebook. Des déclarations d’idées noires et déprimantes. Des sentiments qui nécessitent plutôt l’avis d’un psychologue sont désormais que des mots qui amènent les amis à cliquer sur « J’aime ». Cela, sans accorder la moindre importance aux sentiments réels de l’individu. 

Dégradation au sein de la société

Zuheira Ameer, sociologue, parle d’une dégradation dans notre société actuelle. Selon elle, le manque de valeurs chez nos jeunes est un problème qui inquiète parents et acteurs du secteur de l’Éducation. « Nos jeunes viennent de diffé­rentes cultures. Certains consi­dèrent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent sur les réseaux sociaux. Or, ce qui peut être indécent et irresponsable pour les adultes est très ‘IN’ pour les jeunes.

Aujourd’hui, la plupart des jeunes n’ont pas de guide. Les deux parents travaillent et  la communication entre parents et enfants se fait rare. Certains négligent même leurs études et sont connectés à Facebook à longueur de  journée. Ils ne pensent pas aux conséquences de leurs actes irresponsables.  De plus, ils ne font pas la différence entre leur vie privée et ce qu’ils peuvent afficher sur leur page.

L’Internet est un outil qu’ils devraient utiliser à bon escient mais certains de nos jeunes ne font que se vanter ou souvent aller même jusqu'à délirer sur les réseaux sociaux », dit-elle. Notre interlocutrice est d’avis que des classes d’éducation morale doivent être introduites dans le cursus scolaire. « Les parents renvoient souvent la balle sur les enseignants et viceversa. Cependant, il est à noter qu’il est temps de remédier à la situation», lance-t-elle.

Quant à Sharon Ng, Freelance Researcher au Centre for Alternative Research and Studies (CARES), il soutient que pour la plupart des jeunes, Facebook, Twitter, entre autres, demeurent les seules plateformes à leur portée pour s’exprimer. Pour cette dernière, il existe plusieurs facteurs qui poussent les jeunes à commettre des délits sur Facebook ou sur les autres sites de réseaux sociaux.

La pression

« Quelles possibilités donnons-nous aux jeunes de s’exprimer librement ? Avec la pression sociale et autres fléaux de la société, nombreux sont les jeunes qui ont ce besoin de communiquer.  Un jeune, qui vient de terminer ses études, passe plus de son temps libre sur Facebook. L’oisiveté est la mère de tous les vices.  Le manque de loisirs est aussi un obstacle et  les réseaux sociaux amplifient la ‘peer pressure’ », dit-elle.

Par ailleurs, notre interlocutrice explique qu’à CARES, une équipe de jeunes donne des cours et leur moyen de communication est souvent les réseaux sociaux. « Il ne faut surtout pas généraliser. Il existe des jeunes qui utilisent les réseaux sociaux pour apporter leur contribution ainsi que de nouvelles idées pour le développement du pays.  La structure des réseaux sociaux est telle qu’elle crée une sorte d’illusion. Mais c’est aussi la responsabilité des jeunes d’avoir la volonté pour faire quelque chose constructive dans sa vie », affirme-t-elle.

Irfaan Mamode 20 ans : « Les ‘Newsfeeds’ me rendaient triste »

Quand j’étais connecté à Facebook, je n’étais pas épanoui. Les ‘Newsfeeds’ me rendaient triste. Je ne les enviais pas mais j’avais tendance à comparer ma vie aux siennes. Je ne connaissais pas la plupart de mes amis de Facebook. Un jour, j’ai décidé qu’il était mieux de désactiver mon compte. Aujourd’hui, je réalise qui sont vraiment mes amis. Effectivement, selon un article, Facebook a effectué une expérience psychologique sur 689 003 utilisateurs. Leurs status étaient manipulés afin d’évaluer les effets sur émotions.  Les résultats indiquent que les sentiments exprimés par les autres peuvent nous affecter psychologiquement.  Les statuts des autres affectent notre humeur qui constitue la preuve expérimentale de contagion massive via les réseaux sociaux.

Krishna Seebaluck,  psychologue : « Ils ont du mal à s’exprimer dans la vie réelle »

À l’adolescence, il est important que l’individu appartienne à un groupe et, aujourd’hui, cela se passe sur Facebook! Ce réseau social, le plus convoité, est une forme d’identification et d’affirmation pour  les jeunes. Pourtant, pour certains, Facebook demeure une plateforme pour les règlements de compte où certains n’hésitent pas à dépasser les bornes. Le psychologue Krishna Seebaluck  explique que bon nombre de jeunes n’arrivent pas à se fixer des limites quand il s’agit de surfer sur Internet et aux réseaux sociaux. « Réagir sur le net/réseau social est beaucoup plus simple, demande moins d’effort, moins de réflexion sur le résultat de notre comportement, que réagir dans la vie réelle.

Facebook, entre autres, est comme un camouflage pour les jeunes qui ont du mal à s’exprimer dans la vie réelle. Du coup, n’ayant pas une connaissance bien établie sur « comment » se comporter sur un réseau social, les jeunes se laissent emporter, se défoulent sans même réaliser des conséquences de leurs actions.  En d’autres mots, on peut dire ce qu’on veut sur un réseau social, qui n’est pas le cas dans la vie réelle », affirme-t-il.

Par ailleurs, notre interlocuteur avance que nous ne pouvons pas donner un ordinateur ou une tablette à un jeune sans lui expliquer et le guider sur « comment » l’utiliser. « Toutefois, il semblerait que les adolescents n’ont pas un savoir-faire sur ce « comment ».  Aujourd’hui, nous avons des cas de harcèlement, des photos indécentes ainsi que le partage de la vie privée sur la page Facebook.  La personne, qui a pris la responsabilité d’offrir un jeune un ordinateur ou une tablette, doit aussi prendre la responsabilité de former ce jeune. Cependant, on doit aussi se demander si cette personne est formée, elle-même », soutient Krishna Seebaluck.

Avinash Meetoo expert en Informatique : « Les adolescents n'ont pas d'explications sur le fonctionnement des réseaux sociaux »

Alors que Facebook est censé servir de plateforme pour retrouver nos amis d’enfance, de prendre des nouvelles de son entourage quand on est en ligne, on retrouve aussi ceux qui ont tendance à y délirer. Ils vont jusqu'à faire du chantage, poster des propos obscènes et des informations personnelles sur leur page. Avinash Meetoo, expert en informatique et directeur de Knowledge Seven, affirme qu’il existe plusieurs moyens techniques pour retracer ce genre d'activités. « Ils reposent sur les adresses IP (Internet Protocol) qui sont uniques. Naturellement, les fournisseurs d'accès à Internet, qui possèdent ces informations, ne vont les divulguer que sur une demande officielle », explique-t-il. 

Avinash Meetoo souligne que le fait que les utilisateurs de réseaux sociaux sont de tout âge aujourd'hui: des enfants, des ados, des adultes et des personnes âgées, tout porte à croire qu’ils ne sont pas au courant des dangers des réseaux sociaux. « Beaucoup de personnes apprennent sur le tas. En particulier, les enfants et les ados n'ont pas d'explications complètes sur le fonctionnement d'Internet et des réseaux sociaux à l'école. On arrive donc à une situation paradoxale: ils pensent tout savoir mais, en fait, ne savent pas grand-chose  », lâche-t-il.

Notre interlocuteur est d’avis qu’il faut s'informer. Il faut bien comprendre les mécanismes de "privacy" (dans Facebook, Instagram, entre autres).  « Il faut en parler avec ceux qui savent un peu plus. Il est temps d’introduire ces concepts à l'école, à la télévision, sur YouTube, à la radio, dans les journaux, entre autres. Ce qui est essentiel est le fait qu'Internet est là pour durer et qu’il est inconcevable d'utiliser une technologie aussi puissante sans connaître son fonctionnement », avance-t-il.

Témoignages

Mita, 27 ans : « Plus jamais je ne me connecterai sur Facebook »

Mita, secrétaire, confie qu’elle a vécu un vrai cauchemar sur Facebook. Elle est catégorique ; plus jamais elle ne se connectera sur ce réseau social. « Il y a deux ans, j’étais partie à une fête avec mes amis. À cette époque, je sortais avec un de mes collègues. Je consomme de l’alcool rarement. Ce jour-là, après avoir pris quelques verres, j’ai aussi fumé quelques cigarettes. Il y avait plusieurs personnes qui faisaient des photos», relate-t-elle.

Le lendemain, Mita affirme qu’elle s’est réveillée très tard et elle n’a pas eu le temps de se connecter à son compte Facebook. « Un cousin m’a appelée pour me dire de me connecter immédiatement. Il y avait toutes les photos de la veille et les commentaires étaient choquants. Les amis communs me traitaient de ‘salope’. Ce n’est qu’à cet instant que j’ai réalisé que ma page Facebook est visible au public.  Il y avait aussi l’ex-petite amie de mon copain qui avait posté des commentaires insultants », relate-t-elle.

Jérôme, 22 ans : « Je me sens mieux quand je partage mes sentiments sur Facebook »

De nature réservée, Jérôme, étudiant à l’université, se qualifie de solitaire. Il soutient qu’il n’a pas de meilleurs amis et il est plus à l’aise à converser avec ses amis sur Facebook. « Je suis conscient que j’ai tendance à dévoiler mes états d’âme sur ‘What’s on your mind ?’. Il est vrai qu’il y a plus de ‘Like’ que de conseils. Or, certains amis trouvent toujours le temps pour m’écouter et je dois avouer que je me sens vraiment mieux. Aujourd’hui, c’est ainsi que je partage mes problèmes ; avec mes amis virtuels.  Il existe certains que je n’ai jamais rencontrés mais je leur fais confiance », dit-il. Jérôme affirme, tout de même, que ses camarades de classe l’ont, à plusieurs reprises, fait la remarque de trop se plaindre sur Facebook.  « Aret plaigner lor Facebook ! Aret racont to problèmes pu tou dimoune trouver ! Pourtant, grâce à cela,  j’oublie toutes mes peines », soutient-il. 

 

 

Tags Cloud

20102011Absa Bankaccaaccidentaccidentsadministration volontaireADSUadvertisingafghanistanAfrAsiaafricaagalegaagreementagricultureagroAHRIMAIairair asiaair australAir Franceair madagascarair mauritiusairasiaAirlinesairportairway coffeeAlbionalgeriaalibabaalteoAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidangolaAnil BachooApollo Bramwellappappleappointmentsappsaquaculturearab townarrestArtArvin BoolellasiaATMATOauditaudit reportaustraliaaustriaaviationawardawardsAxcel ChenneyBABagatelleBagatelle DamBAIBalaclavaBangladeshbankBank OnebankingbanksBar CouncilbarclaysBDObeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbeautybeerBelgiumBelle-MareBelle-RiveBet365betamaxbettingBharat Telecombig databitcoinblue economyBlue-BayBOIboko haramBollywoodBOMbombingbookbookmakerbooksbossBotswanabpmlBPOBramer BankbrazilbrexitBritish AirwaysbudgetbuildingbusesBusinessbusiness trendsCabinetcall centresCanadacanecareercareer tipscargocarnivalcasinoCaudanCCIDCCMCCTVCEBcelebretiescelebritiescementChagoscharityCharlie HebdoCHCchilechinachromeCIELcigarettesCim FinancecinemaclashesCMTcomoroscompetitionconcertconferenceConfinementCongoconstitutional amendmentconstructioncontestcontestscontractcooperationCoronaviruscorruptioncounterfeitcoupCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycreditscreolecrisiscruise shipcruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomercustomerscustomsCVCWAcyclingcyclonedamDawood RawatdayDBMdeficitdenguedeportationdevelopmentDiego GarciadivalidoctorsdodoDomaine les PaillesDonald TrumpDPPdrug traffickingdrugsDTAADubaiDuty Freee-commercee-servicesearthquakeebeneebolaecoécolesecologyeconomicEconomic Development BoardeconomicseconomyEducationeducation abroadeducation reformEEZEgyptEIILMelectionelectionselectoral reformelectricityelon muskembassyEmiratesemirates airlinesEmtelenergyENLentrepreneurshipEnvironmentEOCEUEuroEuropeeventeventsexamexaminationexamsexpoexportfacebookfairFalcqfarmersfarmingfashionfast foodfbiFDIfeefeesferryfestivalFievre AphteuseFIFAFIFA World CupFilm Rebate SchemefilmingfilmsfinancefinancesfinancingFirefishfishingFIUFlacqFlic-en-FlacfloodFloodsflourfonction publiquefoodFootballforecastforeign workersForumFrancefraudfruitfruitsFSCFTAfuelfunnyGAARgabongadgetsgalaxygalaxy notegamblinggame of thronesgamesgasgazaGDPGermanyghanaGlobal BusinessgolfGoodlandsgoogleGorah Issac casegovernmentGRAGrand Baygrand-baieGrand-BassinGrand-Gaubegreecegreengreen energygrippeGTUH1N1hackershajjhamashappinessHawaiihawkershealthhealthcareHeritage Cityhi-techhigher educationhighlandshistoryHolcimholidaysHong Konghorse raceshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshowhow toHRHRDCHSBCHSCHSC ProhtchungaryhuntingHusein Abdool RahimIBAIBLICACICTICTAID cardiframacillegal fishingillegal migrationillegal workersIMFimportindiaIndian OceanIndian Ocean Island GamesIndonesiainflationinfluenzaInfographicsinfrastructureinnovationinnovationsinsuranceinterest rateinternetinterpolInterviewinterview tipsinvestinginvestmentinvestmentsIOCIORECiosiPadiphoneIPOiraniraqirelandIRSISISislamicisraelITItalyjapanJean-Claude Bastos de MoraisJellyfishJewelleryJin FeiJIOIjobjobsjockeyjournalismJulian AssangeKailash TrilochunKenyakitesurfingKPMGkreolla buttelabourLafargelandlandslideLarsen & ToubrolawlawslayoffsLe MorneleadershipleakLepeplexpressliberiaLibyalifeloanloanslocal governmentLockdownlogisticslondonlotteryLottotechLRTLufthansalycheeMadagascarmade in morisMahebourgmalariamalaysiamalaysia airlinesMaldivesMalimallmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCIMDFPMeatmeccamediaMedical CouncilMedical tourismmedicamentsmedicineMedineMedPointmeetingMEFMegh PillayMESMeteoMetro ExpressMEXAmexicoMFAMGIMHCmichaela harte caseMicrosoftMIDMidlandsMIEmigrationmigration crisisminimum salaryminimum wagemiss mauritiusmistakesMITDmlMMMmobilemobile phonesMokamoneymoney launderingmonkeyMont-ChoisyMoody’sMoroccomotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMPLMQAMRAMSBMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNad SivaramenNaïadeNamibiaNandanee SoornackNarendra ModinasanatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNCGNDUNECnefNegative Income TaxNelson MandelaNeotownNepalnetherlandsnetworkingNew Mauritius Hotelsnew zealandNGONHDCNICNICHLNigerianight clubsNitin Chinien caseNobel Prizenokianorth koreaNRBNTANTCNWCCNWECOCDEoceanocean economyofofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmega ArkOmnicaneoniononlineopinionOppositionorangeoscaroscar pistoriusOUMoutsourcingPakistanpalestinePamplemoussesPanama Paperspandit sungkurParadise PapersparliamentPaul BérengerpensionpensionspeoplePereyberepermis de travailPhilippinesPhoenix Beveragesphonespicture of the daypillspiracyplageplagueplanPlanet Earth InstitutePMPMEPMOpmsdPNQpokerpolicepoliticspollutionPonzi SchemeportPort LouisPort-LouispostPovertyPPPPRPravind JugnauthPRBpresentationpresentation tipspresidentpricepricesprisonproblemprofitprojectprojectsprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic functionpublic servicepwcQatarQuantum Globalquatre-bornesquotesrainsRajindraparsad SeechurnRakesh GooljauryransomwareratesratingratingsRavi YerrigadooRDAreal estaterecallsreformreformsrefugeesreligionrentrepo ratereportRESRésidence Barklyrestaurantrestaurantsresultresultsresumeresume tipsretailReunionrevenuericeRiche-TerreriseRiviere-du-RempartRiviere-Noireroadsroche-boisRoches-Noires caseRodriguesRogersrose-belleRose-HillrosewoodRoshi BhadainRum and SugarRundheersing BheenickrupeeRussiaRwandasafetySAJsalariessalarysalesalessales tipssamsungsanctionssaudi arabiaSBIsbmSCscamscandalSCBGscholarshipscholarshipsSchoolschoolsscienceseasecuritySEMSEMDEXSenegalSeychellesShakeel MohamedShanghaisharksshootingshoppingshopping fiestashopping mallshopping mallsshowShowkutally SoodhunSICsicomSierra LeonesingaporeSITskillssmall businessSmall Planters Associationsmart citysmartphonesSMeSME MauritiusSMEDASMFsmmsnapchatSobrinho casesocialsocial mediasocial networks & messengersSofitelsoftwaresolar energySomaliasonysouthsouth africaSouth China Seasouth koreasouth sudanspainsponsorshipsportSportsSquatterssri lankaSSRStar KnitwearstartupsstatisticsstatsSTCstockstock marketstocksstrategystreet vendorsStressstrikestudystudy abroadstylesubventionsuccesssuccess storysugarsugar canesummitSun ResortsSun Tan caseSunkai caseSunnystarssupermarketssurveySwanSwedenSwitzerlandsyriaTAtabletsTaiwanTanzaniataxtax fraudtax heaventaxesTbillsteateacherTeachersteamTECtechnologytelecomtendertendersterrorismtertiarytextilethailandthethefttimetime managementtipstototaltourismtoystradetrade feetradingtrainingtrainingstransporttraveltrendsTrioletTripAdvisorTrou-aux-BichestsunamitunaTunisiaTurfTurkeyturkish airlinesTVtwittertyphoonUdMUgandaukukraineununemploymentUNESCOunionsuniverseuniversityuomUSUTMvacanciesvacancyVacoasVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-PhoenixVanilla Islandsvarma caseVATVeekram BhunjunvegetablesVerizonvideoVideo of the Dayvirtual realityvisaVishnu Lutchmeenaraidoovisitvivo energyvolcanowasteWaterWaterparkWeatherwest africawhatsappWhitedot Casewi-fiwikileakswindowsWMAwomenworkwork abroadworkersWorkshopWorldWorld Bankwriting tipsWTOXavier-Luc DuvalyahooYasin DenmamodeyemenYEPYerrigadoogateyoutubeZambiazimbabwe
Mauritius
© 2010-2020 mega.mu