Lifestyle | Your Money

November 27, 2014

Coût de la Vie : Peut-on Manger à sa Faim avec Rs 1 000 ?

Avec Rs 1 000 en poche, le consommateur qui a la charge d’une famille de quatre personnes, peut-il satisfaire leurs besoins en produits essentiels ?

L’exercice suivant, fait à partir de la ‘tente ration’ la plus économique, comprenant les produits bas de gamme, vise à démontrer comment vivent ceux qui touchent Rs 1 000 par mois. Prenons le riz ration. Les 4 kg de riz permettront difficilement à cette famille type de satisfaire ses besoins, car la ‘tente ration’ normale comprend 5 kg de riz. Au niveau des grains secs, peut-on se passer des lentilles noires ? Utilisées couramment dans tous les ménages, elles sont consommées au moins deux fois par semaine. Les 500 g utilisés comme référence ne seront pas suffisantes. Au niveau des conserves, autres produits bas de gamme adoptés par les ménages à faibles revenues, la famille type en question devra se contenter d’une seule boîte de sardines, de thon ou de pilchards pour tout un mois. S’il veut consommer du corned-beef, il devra se contenter du bas de gamme.

Un seul kilo de lait en poudre pour un mois, c’est la quantité de ce produit indispensable que notre famille type pourra consommer. Cette famille devra se passer de beurre, remplacé par de la margarine et ne connaîtra pas le goût du fromage. Cette liste ne comprend pas non plus l’indispensable pain quotidien que l’on achète à la boulangerie. Bannis le corned-mutton à Rs 77,80, le fromage fondu, les céréales petit-déjeuner… Quant aux autres produits de la ‘tente ration’, dont les produits d’hygiène personnelle, de nettoyage telles que le liquide vaisselle ou la poudre lessive, notre famille type devra s’en passer, se contentant de la barre de savon qu’elle saura faire durer des mois et des mois.

Acheter économique – Beurre de pistache : Les prix demeurent stables

Les prix du beurre de pistache, produit très prisé à en juger par la gamme de marques disponibles, sont demeurés stables pour les dix-huit derniers mois. Ceci peut être attribué à la concurrence qui sévit sur ce marché, malgré la disparition de trois marques. L’arrivée des produits de l’Inde, de la Chine et de la Grèce, sur le marché, est synonyme de plus de concurrence, mais ce sont les produits indiens qui sont les moins chers.

Il faut savoir que les beurres de pistache se déclinent en deux types, les ‘crunchy’, comportant des granulés de pistache et les ‘smooth’, les crémeuses, certaines marques utilisent l’indication ‘creamy’. Selon la Food Act, les beurres de pistache doivent contenir pas moins de 85 % de pistache et pas moins de 20 % de protéine. Elles ne doivent pas non plus contenir plus de 55 % d’huile ou de matière grasse comestible. Elles peuvent contenir de l’eau (3 %) et du sel (2 %).

Toutefois, les distributeurs de ce produit ne semblent pas trop intéressés à fournir aux consommateurs l’information leur permettant de faire un choix avisé. En effet, seule Black Cat affirme contenir 91 % de pistache, alors que les autres ne font aucunement mention de cette information. Il faut souligner que sur ce plan, la Food Act pourrait être insuffisante.

Car, tout en spécifiant que le beurre de pistache doit contenir pas moins de 85 % de pistache, il n’est pas exigé au fabricant d’en faire mention sur l’emballage. Libre choix au fabricant de respecter ou non le droit des consommateurs à l’information. Au niveau des prix, Tropic est le moins cher, suivi de Pot O Gold. Black Cat et Yum Yum, de l’Afrique du Sud sont les plus chers.

Bananes : quand les prix flambent et la qualité dégringole

Ce sont les consommateurs qui râlent en cette période où la banane devait être en abondance et de meilleure qualité. Alors que la qualité de la banane devient désolante, avec des fruits rabougris, maigrelets, le prix prend l’ascenseur, atteignant jusqu’à Rs 4 l’unité. Dans certaines régions, la banane est offerte à trois pour Rs 10… comme les fruits importés.

Selon les observateurs, plusieurs facteurs auraient influé sur le prix de la banane. Il y a, en premier, l’incontournable facteur de l’offre et la demande. Dans les milieux concernés, on affirme que, chaque année, en cette période de transition saisonnière, la demande pour ce fruit augmente. Les producteurs n’arrivent pas à combler le manque dû à la réduction de la production pendant l’hiver.

Ceci peut expliquer la qualité désolante de la banane. Selon les spécialistes, les planteurs ont hâte de récolter des fruits qui n’auraient pas atteint la maturité. C’est ainsi que des bananes maigrelettes, dont le mûrissage aurait été accéléré à l’aide d’un produit chimique, pour qu’elles soient écoulées rapidement, occupent les étals des détaillants comme les rayons des grandes surfaces.

Pour revenir aux prix élevés de la banane, il faut savoir que les usines de transformation en bananes frites, vendues en sachets de 40 g, avalent une grande partie de la production. De plus, celles-ci utilisent des bananes vertes, réduisant ainsi le volume de bananes mûres mis sur le marché. L’affirmation d’un producteur de frites, dans un quotidien, à l’effet qu’il pourrait, à lui seul, acheter toute la production de la banane de l’île, en dit long sur l’influence que pourrait avoir la transformation sur le marché des bananes mûres.

L’apparition d’une maladie rare dans les bananeraies, quoique limitée à certaines régions, puisse être la cause d’une baisse de production. Certains planteurs, dont les plantations seraient affectées, préféreraient écouler des bananes vertes, plutôt que de perdre toute la récolte. Il faut savoir que la banane verte est écoulée à environ 60-80 sous l’unité.

Et, finalement, il y a les incontournables intermédiaires. Les planteurs de bananiers trouvent en les intermédiaires une voie facile pour écouler leurs produits. Ces intermédiaires, disposant de camionnettes, se déplacent d’une bananeraie à l’autre, pour s’approprier les récoltes. Ceux-ci imposent leurs frais au-dessus du prix auquel ils auraient acheté les fruits chez le planteur. L’autre étape pour les intermédiaires consiste au mûrissage des bananes. Plus ceci est fait rapidement, plus il est dans l’intérêt de l’intermédiaire, lui permettant d’écouler les fruits plus vite. Les frais de mûrissage à l’aide de produits chimiques constituent un autre facteur influant sur le prix.

Comment identifier les bananes matures ?

Deux caractéristiques permettent d’identifier les bananes qui auraient été récoltées avant qu’elles n’aient atteint la maturité, et qui auraient été soumises au mûrissage artificiel. Il s’agit, en premier, de la forme du fruit. Si la pelure présente des angles, le fruit aurait été récolté avant l’heure. Il aurait donc été soumis au traitement à l’aide d’un mûrisseur. Une banane mature devrait présenter une forme arrondie sur presque trois quarts de la longueur du fruit. Vient ensuite le volume du fruit. Les bananes maigrelettes sont à déconseiller. Elles auraient été récoltées avant qu’elles ne présentent des signes de mûrissement. Il est probable qu’ils aient un goût acide.

Au kilo ou à l’unité

Contrairement à ce que l’on nous fait croire, acheter la banane au kilo ne permet pas de faire des économies. Nous avons fait le test. Dans une grande surface des Plaines-Wilhems, la banane était offerte à Rs 11,50 les 500 g. Un lot de bananes, pesant 1,1 kg, contenant 10 fruits coûte Rs 26,50, soit Rs 2,65 l’unité. Le fruit serait vendu à Rs 2,50 l’unité chez un détaillant. Dans une autre grande surface où le prix affiché était Rs 16,99 les 500 g, 10 bananes pesant 850 g, coûtaient Rs 28,90, soit Rs 2,89 l’unité, donc plus cher que chez le détaillant. Encore que chez le détaillant, le consommateur peut choisir les bananes selon la taille. Pas dans les grandes surfaces.

Attendre la maturité : Les bananes jaunes sont-elles réellement mûres ?

Les spécialistes reconnaissent que la plupart des bananes mises sur le marché sont soumises au mûrissage artificiel, à l’aide de produits chimiques.Ces produits, commercialisés en premier lieu pour initier la floraison des plantes d’ananas, comme nous le confirme une agronome, sont disponibles librement. Les distributeurs de bananes y ont trouvé un moyen d’accélérer le mûrissage des fruits.

Il faut savoir que la banane suit un procédé de mûrissage naturel. Au cours de ce procédé, la chlorophylle donnant à la pelure sa couleur verte se décompose pour permettre à la couleur jaune d’apparaître. Pendant ce temps, l’acidité du fruit se dégrade lentement, permettant la production de sucres et autres flaveurs. C’est ainsi que la banane mûre devient sucrée.

Mûrissage artificiel

Le mûrissage artificiel se fait à l’aide d’un produit chimique, l’Ethrel, dont le principe actif est l’éthephon. Epandé sur les bananes vertes, il provoque la décomposition de la chlorophylle pour faire apparaître plus rapidement le jaune de la pelure. Ce processus est appelé ‘degreening’ par les scientifiques. C’est ainsi que la banane a l’apparence d’être mûre, alors que la chair conserve son acidité. Il faut savoir qu’il existe à Maurice des entreprises qui disposent d’entrepôts dédiés au mûrissage artificiel des fruits, où l’éthephon est disséminé par épandage. Par ailleurs, le trempage dans une solution d’éthephon peut avoir un effet néfaste sur la pelure, celle-ci pouvant noircir avec le temps. Ceci explique la présence, sur les étals, de bananes rabougries et maigrelettes, qui n’auraient pas atteint la maturité, mais qui auraient été soumises à un tel traitement.

 

 

Tags Cloud

20102011accaaccidentaccidentsADSUadvertisingafghanistanAfrAsiaafricaagalegaagreementagricultureagroAIairair asiaair australAir Franceair madagascarair mauritiusairasiaAirlinesairportairway coffeeAlbionalgeriaalibabaalteoAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo BramwellappappleappointmentsappsaquaculturearrestasiaATOauditaudit reportaustraliaaustriaaviationawardawardsAxcel ChenneyBABagatelleBagatelle DamBAIBangladeshbankBank OnebankingbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbeautybeerBelgiumBelle-MareBelle-RiveBet365betamaxbettingBharat Telecombig databitcoinblue economyBlue-BayBOIboko haramBollywoodBOMbombingbookbookmakerbossBotswanabpmlBPOBramer BankbrazilbrexitBritish AirwaysbudgetbuildingbusesBusinessbusiness trendsCabinetcall centresCanadacanecareercareer tipscargocarnivalcasinoCCIDCCMCCTVCEBcelebretiescelebritiescementChagoscharityCharlie HebdoCHCchilechinachromeCIELcigarettescinemaclashesCMTcomorosconcertconferenceCongoconstitutional amendmentconstructioncontestcontestscontractcooperationcorruptioncounterfeitcoupCourtCourtsCPBCPEcreativitycreditscrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomercustomerscustomsCVCWAcyclingcyclonedamDawood RawatdayDBMdeficitdenguedeportationdevelopmentDiego GarciadivalidoctorsdodoDomaine les PaillesDonald TrumpDPPdrug traffickingdrugsDTAADubaiDuty Freee-commercee-servicesearthquakeebeneebolaecoecologyeconomiceconomicseconomyEducationeducation abroadeducation reformEEZEgyptEIILMelectionselectoral reformelectricityelon muskembassyEmiratesemirates airlinesEmtelenergyENLentrepreneurshipEOCEUEuroEuropeeventeventsexamexaminationexamsexpoexportfacebookfairFalcqfarmersfarmingfashionfast foodfbiFDIfeefeesferryfestivalFievre AphteuseFIFAFIFA World CupFilm Rebate SchemefilmingfilmsfinancefinancesfinancingFirefishfishingFIUFlacqFlic-en-FlacFloodsflourfoodFootballforecastforeign workersForumFrancefraudfruitfruitsFSCFTAfuelfunnyGAARgabongadgetsgalaxygalaxy notegamblinggame of thronesgamesgasgazaGDPGermanyghanaGlobal BusinessgolfGoodlandsgoogleGorah Issac casegovernmentGRAGrand Baygrand-baiegreecegreengreen energygrippeGTUH1N1hackershajjhamashappinessHawaiihawkershealthhealthcareHeritage Cityhi-techhighlandshistoryHolcimholidaysHong Konghorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshowhow toHRHRDCHSBCHSCHSC ProhtchungaryhuntingHusein Abdool RahimIBAIBLICACICTICTAID cardiframacillegal fishingillegal migrationillegal workersIMFimportindiaIndian OceanIndian Ocean Island GamesIndonesiainflationinfluenzaInfographicsinfrastructureinnovationinnovationsinsuranceinterest rateinternetinterpolInterviewinterview tipsinvestinginvestmentinvestmentsIOCIORECiosiPadiphoneIPOiraniraqirelandIRSISISislamicisraelITItalyjapanJellyfishJewelleryJin FeijobjobsjockeyjournalismJulian AssangeKailash TrilochunKenyakitesurfingKPMGkreolla buttelabourLafargelandlandslidelawlawslayoffsLe MorneleadershipleakLepeplexpressliberiaLibyalifeloanloanslocal governmentlogisticslotteryLottotechLRTLufthansalycheeMadagascarmalariamalaysiamalaysia airlinesMaldivesMalimallmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCIMDFPMeatmeccamediaMedical CouncilMedical tourismmedicamentsmedicineMedineMedPointmeetingMEFMegh PillayMESMetro ExpressMEXAmexicoMFAMGIMHCmichaela harte caseMicrosoftMIDMidlandsMIEmigrationmigration crisisminimum salaryminimum wagemiss mauritiusmistakesMITDmlMMMmobilemobile phonesMokamoneymoney launderingmonkeyMont-ChoisyMoody’sMoroccomotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMPLMQAMRAMSBMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNad SivaramenNaïadeNamibiaNandanee SoornackNarendra ModinasanatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNCGNDUNECnefNegative Income TaxNelson MandelaNeotownNepalnetherlandsnetworkingNew Mauritius Hotelsnew zealandNGONHDCNICNICHLNigerianight clubsNitin Chinien caseNobel Prizenokianorth koreaNRBNTANTCNWCCoceanocean economyofofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmega ArkOmnicaneoniononlineopinionOppositionorangeoscaroscar pistoriusOUMoutsourcingPakistanpalestinePamplemoussesPanama Paperspandit sungkurparliamentPaul BérengerpensionpensionspeoplePhilippinesPhoenix Beveragesphonespicture of the daypillspiracyplagueplanPlanet Earth InstitutePMPMOpmsdPNQpokerpolicepoliticspollutionPonzi SchemeportPort LouisPort-LouispostPovertyPRPravind JugnauthPRBpresentationpresentation tipspresidentpricepricesprisonproblemprofitprojectprojectsprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicepwcQatarquatre-bornesquotesrainsRajindraparsad SeechurnRakesh GooljauryransomwareratesratingratingsRavi Yerrigadooreal estaterecallsreformreformsrefugeesreligionrepo ratereportRESRésidence Barklyrestaurantrestaurantsresultresultsresumeresume tipsretailReunionrevenuericeRiche-TerreriseRiviere-du-RempartRiviere-Noireroadsroche-boisRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillrosewoodRoshi BhadainRum and SugarRundheersing BheenickrupeeRussiaRwandasafetySAJsalariessalarysalesalessales tipssamsungsanctionssaudi arabiaSBIsbmSCscamscandalSCBGscholarshipscholarshipsSchoolschoolsscienceseasecuritySEMSEMDEXSenegalSeychellesShakeel MohamedShanghaisharksshootingshoppingshopping fiestashopping mallshopping mallsshowShowkutally SoodhunSICsicomSierra LeonesingaporeSITskillssmall businesssmart citysmartphonesSMeSMEDAsmmsnapchatSobrinho casesocialsocial mediasocial networks & messengerssoftwaresolar energySomaliasonysouthsouth africaSouth China Seasouth koreasouth sudanspainsponsorshipsportSportsSquatterssri lankaSSRStar KnitwearstartupsstatisticsstatsSTCstockstock marketstocksstrategystreet vendorsStressstrikestudystudy abroadstylesuccesssuccess storysugarsugar canesummitSun ResortsSun Tan caseSunkai caseSunnystarssurveySwanSwedenSwitzerlandsyriaTAtabletsTaiwanTanzaniataxtax fraudtax heaventaxesTbillsteaTeachersteamTECtechnologytelecomtendersterrorismtertiarytextilethailandthethefttimetime managementtipstototaltourismtoystradetrade feetradingtrainingstransporttraveltrendsTrioletTripAdvisorTrou-aux-BichestsunamitunaTunisiaTurfTurkeyturkish airlinesTVtwittertyphoonUdMUgandaukukraineununemploymentunionsuniverseuniversityuomUSUTMvacanciesVacoasVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-PhoenixVanilla Islandsvarma caseVATVeekram BhunjunvegetablesVerizonvideoVideo of the Dayvirtual realityvisaVishnu Lutchmeenaraidoovisitvivo energyvolcanowasteWaterWaterparkWeatherwest africawhatsappWhitedot Casewi-fiwikileakswindowsWMAwomenworkworkersWorkshopWorldWorld Bankwriting tipsWTOXavier-Luc DuvalyahooYasin DenmamodeyemenYEPYerrigadoogateyoutubeZambiazimbabwe
Mauritius
© 2010-2017 mega.mu