Examens du SC et HSC : Subvention à 100 % des Frais

6 years, 10 months ago - January 29, 2015
Archive Photo: Leela Devi Dookun-Luchoomun

Archive Photo: Leela Devi Dookun-Luchoomun

Une mesure qui fera des heureux parmi les candidats aux examens du SC et du HSC pour l’année 2015. Ils n’auront pas à débourser un sou pour les frais d’examens.

Les frais d’examens pour le School Certificate (SC) et le Higher School Certificate (HSC) seront subventionnés à 100 % par l’État. Mesure qui nous a été confirmée par la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, mercredi à la mi-journée. « Les subsides pour le SC et le HSC sont pour cette année. Nous espérons que les enfants rempliront les formulaires et l’État prendra à sa charge le paiement des frais d’examens », a souligné la ministre.

Cette mesure figure dans le discours-programme présenté par le président de la République, Kailash Purryag, le mardi 27 janvier. La ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun, Pravind Jugnauth et Yogida Sawmynaden participaient à une cérémonie de distribution de matériels dans le cadre d’un programme d’autonomisation des femmes à Quartier-Militaire. La cérémonie était organisée par la Camp-Thorel Credit Cooperative Society.

Plus de Rs 300m

Le budget pour la subvention des frais d’examens du SC/HSC tourneraient autour de Rs 300 millions, nous a indiqué Ahmed Jahangeer, Officer-in-Charge du Mauritius Examinations Syndicate (MES). Basé sur les tarifs de 2014, un candidat au SC payait Rs 8 757 pour six matières, Rs 9 964 pour sept matières et Rs 11 171 pour huit matières. Pour le HSC, les frais d’examens pour les trois matières principales et les deux subsidiaires coûtaient Rs 12 349. Pour ceux qui prennent deux matières principales et deux subsidiaires, les frais s’élevaient à Rs 10 106. Les frais d’examens de Cambridge connaissent une hausse annuelle de 5 %. Ces frais d’examens couvrent le paiement des allocations aux surveillants et correcteurs ainsi que les frais de laboratoires. Normalement, les candidats ont jusqu’au mois d’avril pour s’acquitter de leurs frais d’examens.

Abolition du CPE ?

Le discours-programme a aussi fait mention de l’abolition du CPE et l’introduction de la « 9-Year Basic Schooling ». Leela Devi Dookun-Luchoomun a donné certaines précisions à ce niveau sans pour autant annoncer l’entrée en vigueur de cette mesure. « Il est important que lorsqu’un enfant aille à l’école qu’il ait un développement intégral.

Pour cela, l’enfant doit prendre du plaisir à apprendre. Il faut que son passage à l’école éveille son intérêt pour les études, sa curiosité à apprendre des choses. C’est pour cela qu’il faut revoir le curriculum au niveau du primaire. Revoir les examens de fin de cycle du primaire et lorsqu’il sortira de là, ce sera avec des compétences acquises. Ce n’est pas qu’une question de savoir lire, compter et écrire. Il y a aussi le fait de développer la personnalité de l’enfant. L’enfant doit sortir du cycle primaire épanoui et prêt à faire face aux défis de la vie », a déclaré la ministre Dookun-Luchoomun.

Elle a aussi indiqué que la révision du CPE veut dire revoir la formule du CPE. « Une évaluation doit se faire pour déterminer les compétences que l’enfant a acquises. Nous travaillons sur le fine-tuning, les techniciens et les pédagogues travaillent dessus. Il faut leur donner la possibilité de faire un travail correct », dit-elle. L’actuel ministre critique aussi au passage son prédécesseur. « Le ministre Bunwaree avait dit qu’il allait de l’avant avec la « 9-Year Schooling », mais les structures et le mécanisme n’ont pas été mis en place. Les pédagogues travaillent sur la formule, une partie des discussions a été enclenchée avec certains partenaires. »

Remise à niveau

Le ministère de l’Éducation viendra de l’avant avec une Remedial Unit. Celle-ci débutera avec les écoliers de Std I qui éprouvent des difficultés d’apprentissage. Il s’agit de leur donner les moyens pour surmonter leurs problèmes et retourner, par la suite, dans la mainstream. Les responsables comptent aussi inclure dans l’emploi du temps des enfants au primaire des classes de dessins. « Nous voyons que, dans le time-table des enfants au primaire, il y a du temps libre où les enfants doivent supposément faire des classes d’art et d’éducation physique. Nous étudions actuellement ce que nous pouvons apporter à l’enfant, durant ces heures. La formule est encore en train d’être peaufinée. »

Repas chaud

Donner un repas à chaque enfant du primaire est une autre mesure bien accueillie. Pour la ministre, cela se fera « au cours de notre mandat ». « Il nous faut bien réfléchir afin de nous assurer que les enfants ont de la nourriture qui soit conforme aux normes. Il faut voir l’ensemble, incluant l’espace où cela se fera. Cela prendra du temps, mais cela viendra. »

Yahya Paraouty : « Bonne décision, mais… »

Pour le président de l'Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE), Yahya Paraouty, c’est une bonne décision, mais il émet des réserves. Il soutient que ces subsides ne devraient pas être octroyés à tous les élèves. « Cette mesure est très bonne, mais il y a certaines personnes qui peuvent payer ces frais d’examens. » Le syndicaliste s’interroge sur l’assiduité des collégiens dans leurs études. « Le fait de tout donner à un élève, l’écolage et le transport, mêmes certains manuels scolaires gratuitement et maintenant les frais d’examens. Est-ce que cela va l’encourager à étudier ? Lorsqu’un parent fait des dépenses pour son enfant, il l’oblige à étudier, alors que nous voyons qu’il y a déjà un relâchement au niveau des études », se demande Yahya Paraouty.

Patricia Adèle : « Cela soulage les familles démunies »

Au niveau de Caritas, cette annonce est bien accueillie. La secrétaire générale de l’organisme, Patricia Adèle, soutient que : « C’est une bonne initiative, tant que les familles démunies en bénéficient, il n’y a pas de problème… ». oeuvrant auprès de personnes en difficulté, elle fait ressortir que cela était un must. « C’est une très bonne chose pour ces familles surtout celles qui sont dans le besoin et qui ont plusieurs enfants qui prennent part à ces examens durant la même année. Cette mesure vient soulager le budget familial », déclare Patricia Adèle.

 

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe