Retombées de l’Affaire BAI : Les Fournisseurs de Courts Montent au Créneau

6 years, 11 months ago - June 24, 2015
Elles sont dans le rouge. Les petites et moyennes entreprises (PME) qui fournissent des meubles à Courts depuis de nombreuses années craignent pour leur avenir. Les propriétaires de ces PME n’ont pas été payés pour les meubles qu’ils ont livrés alors que leurs créanciers leur courent après.

Elles sont une quinzaine de PME qui craignent de devoir mettre la clef sous le paillasson. Elles seraient alors obligées de licencier quelque 300 salariés employés à plein temps s’ils n’ont pas de soutien. L’affaire BAI ne fait pas des victimes que dans les rangs des employés de ce conglomérat, ou parmi les clients qui ont effectué des dépôts dans les fonds d’investissement du groupe. Les dommages collatéraux touchent aussi les fournisseurs de Courts. Certains se sont endettés auprès des banques et des compagnies de crédit-bail pour l’achat d’équipements. Ces petits entrepreneurs font état de leur vulnérabilité. Ils ont, par conséquent, décidé de se regrouper pour faire entendre leur voix.

Les commandes affluaient

Ils étaient présents dimanche à Rose Hill pour soutenir leurs salariés qui avaient répondu à l’appel du front commun constitué par trois centrales syndicales pour lutter contre les licenciements. "Sans nos travailleurs, nous ne sommes rien. Nous sommes des entrepreneurs, mais nous sommes également des salariés, car nous devons mettre la main à la pâte. Nous touchons des salaires qui sont en rien comparables à ceux des CEO disposant de secrétaire et de bureaux climatisés ", explique Maya Sewnath propriétaire de SSS Furniture. Elle emploie 38 salariés dans son atelier de Riche-Terre.

Au départ, ces entrepreneurs ne se sont pas trop souciés des retombées de l’affaire BAI. Ils étaient confiants de la solidité financière de la chaîne de magasins Courts. "Nous avons toujours été payés et nous n’avons jamais eu à nous plaindre. Du temps où David Issacs dirigeait Courts, on nous a encouragés à développer notre entreprise, car les commandes affluaient. Nous avons emprunté auprès des banques. Certains d’entre nous ont offert leurs biens personnels en garantie. Aujourd’hui, nous sommes endettés auprès des banques et des organismes de crédit-bail", explique la directrice de SSS Furniture.

Les fournisseurs de Courts ont certes reçu chacun un chèque d’un million de roupies, comme premier versement sur ce qui leur était dû, peu après la nomination d’André Bonieux et de Mushtaq Osman comme conservateurs du groupe BAI. Cependant, le chèque n’a pu être négocié du fait que Sattar Hajee Abdoula a, par la suite, gelé le compte des filiales de la BAI. Les propriétaires des PME se retrouvent ainsi sans aucune ressource financière, alors qu’ils avaient fourni, les trois derniers mois de 2014, plus de meubles que d’habitude en raison des ventes de fin d’année. Ces fournisseurs exigent désormais qu’ils soient payés sous forme d’obligations (‘debentures’) comme ce fut le cas pour les clients du plan Super Cash Back Gold de la BAI. "Si le gouvernement accepte notre proposition, nous pourrions au moins offrir ces "debentures" en garantie à la banque afin d’obtenir des découverts (‘overdrafts’) pour financer nos activités et faire tourner nos entreprises", explique Maya Sewnath.

Nadim Bhoyroo, directeur de Hamilton Furniture Co Ltd, PME située dans la zone industrielle de Coromandel, dénonce l’indifférence des autorités à leur égard. "Nous avons rencontré le ministre des Petites entreprises, Sunil Bholah, mais ce dernier a affirmé ne pouvoir rien faire pour nous. Nous avons aussi adressé plusieurs lettres au ministre Roshi Bhadain, ministre de la Bonne gouvernance, mais sans succès. Nous nous sommes même rendus à son bureau à plusieurs reprises, mais avons toujours été reçus par des secrétaires ou des clercs qui disent avoir pris notes de nos doléances qu’ils promettaient de transmettre au ministre. Nous attendons toujours. Cela fait deux mois que cela dure", s’insurge cet entrepreneur qui a créé une vingtaine d’emplois directs et indirects.

Et d’ajouter "la Mauritius Revenue Authority nous adresse des rappels (‘reminders’) pour le règlement de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Les fournisseurs auprès de qui nous nous approvisionnons pour nos matières premières nous courent après. Nous devons payer les contributions au National Pension Fund de nos employés. Les salariés n’entrent pas dans nos problèmes de liquidités, ils exigent d’être payés pour leur travail ", dit-il sur un ton dépité.

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgasgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wageMITDmlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe