Mauritius | Hospitality

October 26, 2015

Bungalows, Appartements, Maisons d’Hôtes: Plus de 3000 Chambres Louées en Toute Illégalité

La location illégale de bungalows, d’appartements et de maisons d’hôte revient au-devant de la scène. Cela depuis l’accident qui a coûté la vie au petit Fernandez, un touriste français de cinq ans. Selon notre enquête, environ 700 propriétaires opèrent dans l’illégalité.
Illustration

Illustration

Entre 20 et 25 % de touristes (200 000 – 250 000) ne séjournent pas dans les hôtels chaque année. C’est ce qui ressort du ‘Survey of Inbound Tourism’ du Bureau des statistiques. Ils préfèrent loger dans des bungalows, des apparte­ments et des maisons d’hôte, entre autres. Si certains sont dûment enregistrés auprès de la Tourism Authority (TA), d’autres opèrent dans l’illégalité. Comme c’est le cas du bungalow où un petit Fernandez, un Français de cinq ans, a trouvé la mort après la chute d’un portail. La famille de ce petit garçon aurait loué le bungalow auprès d’une agence immobilière. Sen Ramsamy, le directeur de la TA, a annoncé des sanctions.

700 propriétaires

D’après l’enquête du Défi Plus auprès des collectivités locales, des agences immobilières, des firmes de construction, des chauffeurs de taxi et des opérateurs du secteur touristique, environ 3 000 chambres appartenant à environ 700 personnes sont loués illégalement, surtout aux touristes. Ces propriétaires sont surtout des Mauriciens établis à l’étranger, des professionnels et des hommes d’affaires. « Ces 15 dernières années, les Mauriciens, établis à l’étranger, ont investi énormément dans des terrains non loin de la plage. Des terrains en friche à cinq minutes de la plage par voiture ou 15 à 20 minutes à pied se sont transformés en ‘bungalow area’, pour ne pas dire ‘tourist zone’. Des hommes d’affaires leur ont emboîté le pas », constate un agent immobilier très actif dans les régions balnéaires.

Selon ses observations, ce sont ces Mauriciens vivant à l’étranger qui ont fait grimper les prix des terrains. « Dès que des bungalows commencent à être construits sur un terrain en friche, la demande commence à croître dans les alentours. Les prix commencent à augmenter de terrain en terrain », explique-t-il. Contrairement aux Mauriciens établis à l’étranger et aux hommes d’affaires, les professionnels, soutient-il, investissent principale­ment dans des bâtiments. « Les avocats, avoués, notaires, comptables et médecins, entre autres, investissent plus dans les appartements dans les régions côtières », dit-il.

D’après notre enquête, la gestion de ces ap­partements et autres bungalows est rarement assurée par leurs propriétaires. Dans la majeure des cas, elle est sous la charge :

  1. d’une firme privée, telle une agence de voyages et un tour opérateur;
  2. d’un agent qui gère simultanément plusieurs chambres dans une région, ou
  3. d’un individu, souvent un membre de la famille.

Les deux premiers choix sont privilégiés par les propriétaires des chambres qui sont suffisamment sécurisées, car ils garantissent des revenus mensuels. Au fait, le bungalow ou la chambre sont loués à long terme – un contrat d’un an au minimum – à des tour-opérateurs et des agents.

« C’est la meilleure option pour ceux qui comptent sur ce business pour des revenus additionnels. Ils n’ont pas à se soucier du démarchage et du taux d’occupation. C’est à nous de nous mettre en quatre pour atteindre un taux d’occupation profitable », confie un tour-opérateur. Fort de son expérience, il considère que ce n’est pas une mince affaire pour quelqu’un de démarcher en isolation malgré le soutien d’Internet. « Sans l’ombre d’un doute, c’est Internet qui fait fleurir le business des bungalows et autres appartements. Pour des raisons de sécurité, un touriste va réserver une chambre sur Internet via un tour-opérateur ou un groupe », considère-t-il.

Selon nos recoupements, le marketing des bungalows et autres appartements de bon nombre des Mauriciens vivant à l’étranger est assuré par des agences de voyages sur place. Quelques-uns y font eux-mêmes leur marketing par le bouche-à-oreille. Le couple français Arthur et Chloé, actuellement en vacances chez nous, confie au Défi Plus avoir pris un package billet-séjour d’une agence de voyages parisienne. (Voir plus loin)

Traque des fraudeurs

Les opérateurs illégaux interrogés par Le Défi-Plus sont pleinement conscients qu’ils enfreignent la loi. Nombre d’entre eux ne voient aucune nécessité de se munir d’une Tourist Enterprise License (TEL) parce qu’ils ne sont propriétaires que d’un bâtiment ou de deux à trois chambres qui ne sont pas occupés à longueur d’année. « La grosse majorité, voire 75 % des touristes, séjournent dans les 115 hôtels du pays. Les 25 % restants sont répartis dans des bungalows appartenant à des milliers de personnes. En somme, chaque propriétaire reçoit des miettes, surtout pendant la période de pointe. La majeure partie du temps, nos bungalows sont inoccupés », explique l’un d’eux, qui est un homme d’affaires.

Au fait, pour être éligible pour une TEL, le propriétaire doit satisfaire une série de conditions du ministère du Tourisme, du ministère de la Santé et du Service des pompes. Avant tout, le bâtiment ou la chambre doivent être dotés d’un système d’alarme connecté avec un service d’intervention rapide. L’installation du système coûte à partir de Rs 20 000 et le service d’intervention est à partir de Rs 2 500 par mois. Pour ceux ayant plus de 4 chambres, ils doivent installer des caméras de surveillance dans la cour. Les frais annuels de la TEL sont de Rs 10 000 jusqu’à 4 chambres, Rs 11 000 entre 5 et 9 chambres, Rs 20 000 entre 10 et 25 chambres, Rs 35 000 entre 26 et 50 chambres, et Rs 75 000 entre 51 et 75 chambres et Rs 150 000 plus de 75 chambres.

Les opérateurs illégaux doivent être sur leur garde, car la Tourism Authority a accéléré, depuis la semaine dernière, sa traque aux fraudeurs.

Les contraventions à l’encontre des ‘tourists residences’ et ‘guest houses’

Monitoring & Compliance Unit       
Year/Offence201020112012201320142015Total
Trading Without Licence, Failing to Affix Licence and Keep Record514136535102234

Robert Desvaux, Chairman de la TA: « Nous sommes intransigeants »

Depuis le début de l’année, la Tourism Authority (TA) a pris 275 contraventions, dont 150 activités illégales. « Nous sommes intransigeants sur la qualité des services et la sécurité des touristes, car le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval veut que Maurice soit une destination d’excellence. Pour cette raison, nous traquons les opérateurs illégaux », explique Robert Desvaux, le président de la Tourism Authority.

L’équipe de ‘monitoring’ de la TA, poursuit-il, abat un travail énorme sur le terrain en chassant tous ceux qui opèrent illégalement – des propriétaires de bungalows aux organisateurs de sports nautiques en passant par les opérateurs d’excursion.

Robert Desvaux prévient tous ceux qui opèrent illégalement qu’ils se mettent à risque financièrement. « Prenons le cas d’un propriétaire de bungalows. S’il y a un accident dans son bungalow avec pour résultat mort d’homme ou blessure grave, il peut être poursuivi et faire l’objet de réclamation de dommages. Même si son bungalow est assuré, il devra débourser de sa poche, car l’assurance ne couvre pas une activité commerciale », fait-il ressortir. Robert Desvaux rappelle que depuis le début de l’année, la TA a lancé une campagne de conscientisation des différents acteurs du tourisme. « Nous les prévenons qu’ils ne doivent pas opérer dans l’illégalité, car nous sommes intransigeants sur l’image de marque de notre secteur touristique », dit-il.

Ne pas séjourner dans les hôtels

Un nombre grandissant de touristes optent pour les bungalows et autres appartements. Dans le milieu du tourisme, on attribue cette tendance à l’effet-Internet.

« Un touriste qui désire visiter un pays pour la première fois va surfer sur Internet pour avoir un maximum d’informations. Dans sa quête, il tombera sur une abondance d’offres d’hôtels, de villas et de bungalows entre autres. Une famille qui n’a pas un grand budget sera certes tentée par les bungalows », déclare un tour-opérateur.

Le couple de Français, Arthur et Chloé, actuellement à Maurice, dit que leur tour-opérateur à Paris leur avait proposé une variété de bungalows et d’appartements. « Nous avons opté pour une chambre dans un appartement à cinq minutes de la plage à Grand-Baie pour 90 euros par jour », précise Arthur.

Selon nos recoupements, le marketing se fait également à Maurice, des fois par des chauffeurs de taxi dès que le touriste foule le sol mauricien. Par la suite, par des opérateurs du secteur touristique comme des skippers. « Il y a eu des cas où des clients quittent des hôtels pour aller s’installer dans des bungalows qui sont à meilleur marché », dit un chauffeur de taxi.

Fréquence de location

Country of residence HotelNon-hotelTotal
Europe 8317100
of which:France77.922.1100
 Germany90.29.8100
 Italy88.911.1100
 Russia77.822.2100
 Switzerland83.616.4100
 United Kingdom91.48.6100
Africa 68.831.2100
of which:Reunion59.140.9100
 South Africa9010100
Asia 93.56.5100
of which:China95.24.8100
 India93.46.6100
 United Arab Emirates88.911.1100
Oceania 75.824.2100
of which:Australia76.923.1100
America 81.318.7100
of which:United States73.826.2100
Total 80.319.7100

Le marketing sur Internet

La compétition semble être féroce entre les propriétaires de bungalows, appartements et autres cases créoles. Sur Internet, la concurrence est rude dans le but d’attirer des touristes. Dans le package d’un opérateur, le service de femme de ménage est inclus. Un autre offre disponible : une voiture dans le forfait. Même le massage ayurvédique est mis en avant par un autre. La majorité d’entre eux sont enregistrés auprès de la Tourism Authority. Depuis la semaine dernière, une équipe de la TA surfe sur Internet à la recherche d’opérateurs illégaux.

Duplex pied dans l’eau (401 euros)

Ce duplex de quatre chambres à Pointe-aux-Canonniers est fully-equipped. Climatisation dans toutes les chambres – coffre dans la chambre principale – barbecue à disposition – femme de ménage de 8 h 30-13 h du lundi au vendredi et de 8 h 30-12 h le samedi sauf les jours fériés. Portail automatique – système d’alarme – parking.

Pied dans l’eau et masseurs ayurvédique (259 euros)
Grande maison familiale, sur la plage, 4 chambres à coucher avec salle de bains. Le service, Mila à la cuisine et Amrita aux chambres, est souriant et efficace. Vous pouvez vous procurer langoustes, poulpes et poissons avec le pêcheur voisin. 2 kayaks à votre disposition pour vous balader dans la belle mer turquoise. Vous pouvez aussi louer une pirogue pour une partie de pêche dans le lagon. Un masseur ayurvédique est aussi disponible.

Maison de plage avec location de voiture (176 euros)

OFFRE SPECIALE: Location de voiture incluse pendant votre séjour. La voiture est pour 5 personnes (Toyota Yaris / Suzuki Swift)
GRATUIT: Transfert aéroport, de l’aéroport à la maison de la plage et à l’aéroport (applicable pour 5 personnes)
3 grandes chambres à coucher, deux chambres à l’étage, une vue sur la plage et la deuxième chambre donnant sur la rivière. Les deux chambres avec chacune 2 lits simples.

Case créole – 700 euros semaine

4 personnes, 100 m², 6 pièces, 2 chambres, 1 lit double, 2 lits simples.
Accès internet, TV, parking, clima­tisation. Exotique petite case créole débordant de caractère et de charme – Nichée dans un grand jardin entourée de grands vieux arbres – Un havre de paix au bord de l’océan !

 

Tags Cloud

20102011accaaccidentaccidentsADSUadvertisingafghanistanAfrAsiaafricaagalegaagreementagricultureagroAIairair asiaair australAir Franceair madagascarair mauritiusairasiaAirlinesairportairway coffeeAlbionalgeriaalibabaalteoAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo BramwellappappleappointmentsappsaquaculturearrestasiaATOauditaudit reportaustraliaaustriaaviationawardawardsAxcel ChenneyBABagatelleBagatelle DamBAIBangladeshbankBank OnebankingbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbeautybeerBelgiumBelle-MareBelle-RiveBet365betamaxbettingBharat Telecombig databitcoinblue economyBlue-BayBOIboko haramBollywoodBOMbombingbookbookmakerbossBotswanabpmlBPOBramer BankbrazilbrexitBritish AirwaysbudgetbuildingbusesBusinessbusiness trendsCabinetcall centresCanadacanecareercareer tipscargocarnivalcasinoCCIDCCMCCTVCEBcelebretiescelebritiescementChagoscharityCharlie HebdoCHCchilechinachromeCIELcigarettescinemaclashesCMTcomorosconcertconferenceCongoconstitutional amendmentconstructioncontestcontestscontractcooperationcorruptioncounterfeitcoupCourtCourtsCPBCPEcreativitycreditscrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomercustomerscustomsCVCWAcyclingcyclonedamDawood RawatdayDBMdeficitdenguedeportationdevelopmentDiego GarciadivalidoctorsdodoDomaine les PaillesDonald TrumpDPPdrug traffickingdrugsDTAADubaiDuty Freee-commercee-servicesearthquakeebeneebolaecoecologyeconomiceconomicseconomyEducationeducation abroadeducation reformEEZEgyptEIILMelectionselectoral reformelectricityelon muskembassyEmiratesemirates airlinesEmtelenergyENLentrepreneurshipEOCEUEuroEuropeeventeventsexamexaminationexamsexpoexportfacebookfairFalcqfarmersfarmingfashionfast foodfbiFDIfeefeesferryfestivalFievre AphteuseFIFAFIFA World CupFilm Rebate SchemefilmingfilmsfinancefinancesfinancingFirefishfishingFIUFlacqFlic-en-FlacFloodsflourfoodFootballforecastforeign workersForumFrancefraudfruitfruitsFSCFTAfuelfunnyGAARgabongadgetsgalaxygalaxy notegamblinggame of thronesgamesgasgazaGDPGermanyghanaGlobal BusinessgolfGoodlandsgoogleGorah Issac casegovernmentGRAGrand Baygrand-baiegreecegreengreen energygrippeGTUH1N1hackershajjhamashappinessHawaiihawkershealthhealthcareHeritage Cityhi-techhighlandshistoryHolcimholidaysHong Konghorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshowhow toHRHRDCHSBCHSCHSC ProhtchungaryhuntingHusein Abdool RahimIBAIBLICACICTICTAID cardiframacillegal fishingillegal migrationillegal workersIMFimportindiaIndian OceanIndian Ocean Island GamesIndonesiainflationinfluenzaInfographicsinfrastructureinnovationinnovationsinsuranceinterest rateinternetinterpolInterviewinterview tipsinvestinginvestmentinvestmentsIOCIORECiosiPadiphoneIPOiraniraqirelandIRSISISislamicisraelITItalyjapanJellyfishJewelleryJin FeijobjobsjockeyjournalismJulian AssangeKailash TrilochunKenyakitesurfingKPMGkreolla buttelabourLafargelandlandslidelawlawslayoffsLe MorneleadershipleakLepeplexpressliberiaLibyalifeloanloanslocal governmentlogisticslotteryLottotechLRTLufthansalycheeMadagascarmalariamalaysiamalaysia airlinesMaldivesMalimallmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCIMDFPMeatmeccamediaMedical CouncilMedical tourismmedicamentsmedicineMedineMedPointmeetingMEFMegh PillayMESMetro ExpressMEXAmexicoMFAMGIMHCmichaela harte caseMicrosoftMIDMidlandsMIEmigrationmigration crisisminimum salaryminimum wagemiss mauritiusmistakesMITDmlMMMmobilemobile phonesMokamoneymoney launderingmonkeyMont-ChoisyMoody’sMoroccomotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMPLMQAMRAMSBMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNad SivaramenNaïadeNamibiaNandanee SoornackNarendra ModinasanatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNCGNDUNECnefNegative Income TaxNelson MandelaNeotownNepalnetherlandsnetworkingNew Mauritius Hotelsnew zealandNGONHDCNICNICHLNigerianight clubsNitin Chinien caseNobel Prizenokianorth koreaNRBNTANTCNWCCoceanocean economyofofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmega ArkOmnicaneoniononlineopinionOppositionorangeoscaroscar pistoriusOUMoutsourcingPakistanpalestinePamplemoussesPanama Paperspandit sungkurparliamentPaul BérengerpensionpensionspeoplePhilippinesPhoenix Beveragesphonespicture of the daypillspiracyplagueplanPlanet Earth InstitutePMPMOpmsdPNQpokerpolicepoliticspollutionPonzi SchemeportPort LouisPort-LouispostPovertyPRPravind JugnauthPRBpresentationpresentation tipspresidentpricepricesprisonproblemprofitprojectprojectsprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicepwcQatarquatre-bornesquotesrainsRajindraparsad SeechurnRakesh GooljauryransomwareratesratingratingsRavi Yerrigadooreal estaterecallsreformreformsrefugeesreligionrepo ratereportRESRésidence Barklyrestaurantrestaurantsresultresultsresumeresume tipsretailReunionrevenuericeRiche-TerreriseRiviere-du-RempartRiviere-Noireroadsroche-boisRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillrosewoodRoshi BhadainRum and SugarRundheersing BheenickrupeeRussiaRwandasafetySAJsalariessalarysalesalessales tipssamsungsanctionssaudi arabiaSBIsbmSCscamscandalSCBGscholarshipscholarshipsSchoolschoolsscienceseasecuritySEMSEMDEXSenegalSeychellesShakeel MohamedShanghaisharksshootingshoppingshopping fiestashopping mallshopping mallsshowShowkutally SoodhunSICsicomSierra LeonesingaporeSITskillssmall businesssmart citysmartphonesSMeSMEDAsmmsnapchatSobrinho casesocialsocial mediasocial networks & messengerssoftwaresolar energySomaliasonysouthsouth africaSouth China Seasouth koreasouth sudanspainsponsorshipsportSportsSquatterssri lankaSSRStar KnitwearstartupsstatisticsstatsSTCstockstock marketstocksstrategystreet vendorsStressstrikestudystudy abroadstylesuccesssuccess storysugarsugar canesummitSun ResortsSun Tan caseSunkai caseSunnystarssurveySwanSwedenSwitzerlandsyriaTAtabletsTaiwanTanzaniataxtax fraudtax heaventaxesTbillsteaTeachersteamTECtechnologytelecomtendersterrorismtertiarytextilethailandthethefttimetime managementtipstototaltourismtoystradetrade feetradingtrainingstransporttraveltrendsTrioletTripAdvisorTrou-aux-BichestsunamitunaTunisiaTurfTurkeyturkish airlinesTVtwittertyphoonUdMUgandaukukraineununemploymentunionsuniverseuniversityuomUSUTMvacanciesVacoasVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-PhoenixVanilla Islandsvarma caseVATVeekram BhunjunvegetablesVerizonvideoVideo of the Dayvirtual realityvisaVishnu Lutchmeenaraidoovisitvivo energyvolcanowasteWaterWaterparkWeatherwest africawhatsappWhitedot Casewi-fiwikileakswindowsWMAwomenworkworkersWorkshopWorldWorld Bankwriting tipsWTOXavier-Luc DuvalyahooYasin DenmamodeyemenYEPYerrigadoogateyoutubeZambiazimbabwe
Mauritius
© 2010-2017 mega.mu