Travailleurs Étrangers vs Travailleurs Mauriciens: Qui Sont les Mieux Lotis ?

4 years, 12 months ago - March 09, 2016
Illustration

Illustration

C’est la grogne dans le secteur de la construction. Certains ouvriers doivent travailler sur des contrats de quatre mois alors que leurs confrères étrangers ont un permis de travail de 2 ans.

Les travailleurs étrangers sont-ils privilégiés au détriment des Mauriciens ? Qu’en est-il de la situation dans les principaux secteurs qui emploient le plus des étrangers ? Éléments de réponse.

Dans la zone franche

Salaires

Travailleurs mauriciens: Les salaires varient d’une usine à une autre. À titre d’exemple, un/une machiniste peut toucher Rs 4 500, Rs 4 800 voire jusqu’à Rs 5 000 ou Rs 6 000 dépendant de la compagnie où il/elle travaille, indique le syndicaliste Faizal Ali Beegun.

Travailleurs étrangers: D’après la loi, un travailleur étranger doit toucher le même salaire qu’un Mauricien et bénéficier des mêmes conditions de travail. « Toutefois, certaines compagnies paient des travailleurs étrangers moins que des Mauriciens, soit jusqu’à Rs 4 000 », précise Faizal Ali Beegun. Toutefois, avec des heures supplémentaires et des piece rate, l’ouvrier peut peut obtenir Rs 9 000 à Rs 12 000. Ce qui constitue pour lui/elle une somme importante quand il/elle le convertit dans la monnaie de son pays (Bangladesh, Sri Lanka, Madagascar).

Avantages

Travailleurs mauriciens: Les Mauriciens obtiennent un ‘meal allowance’ qui est de Rs 70/Rs 75 quand ils font des heures supplémentaires ainsi qu’une allocation pour le transport.

Travailleurs étrangers: Le travailleur étranger est logé par la compagnie. Les factures comme l’eau ou l’électricité sont également prises en charge par son employeur. Il/elle obtient également une ‘food allowance’ qui varie de Rs 800 à Rs 1000 par travailleur par mois pour la préparation de la nourriture. Certaines compagnies se chargent elles-mêmes de nourrir ses employés. C’est le cas de la CMT. En cas de décès, la compagnie se charge également des frais de rapatriement de la dépouille.

Heures de travail

Travailleurs mauriciens: 7h30 à 17 heures en jours de semaine et de 7h30 à 13 heures ou 15 heures les samedis, Pour les heures supplémentaires, le travail est étendu à 19 heures ou 21 heures en jour de semaine.

Travailleurs étrangers: Les étrangers travaillent aux mêmes conditions que les Mauriciens même s’ils sont plus disposés à faire des heures supplémentaires ainsi que les ‘shifts’ de nuit (de 18 heures à 7 heures du matin), souligne Faizal Ali Beegun.

Durée de contrat

Travailleurs étrangers: Il est de quatre ans. Il faut savoir que si un travailleur étranger vit à Maurice pendant plus de cinq ans, il peut faire la demande pour obtenir la nationalité mauricienne. Toutefois, certains étrangers travaillent à Maurice depuis 10 voire 15 ans. « Leur compagnie a renouvelé leur contrat. Toutefois, ils ont dû jurer un affidavit soutenant qu’ils ne vont pas réclamer la nationalité mauricienne », explique Faizal Ali Beegun.

Dans la construction

Salaires

Travailleurs mauriciens: Les Mauriciens tout comme les étrangers touchent les mêmes salaires qui sont prescrits dans la loi. A titre d’exemple, un ouvrier de grade 2 peut toucher Rs 11 000 sans heure supplémentaire, indique le syndicaliste Reeaz Chuttoo.

Travailleurs étrangers: Les travailleurs étrangers (essentiellement des Bangladais, des Népalais et des Malgaches) sont plus disponibles que les Mauriciens pour faire des heures supplémentaires.

Avantages

Travailleurs étrangers: Comme pour la zone franche, les travailleurs étrangers sont logés et obtiennent de l’argent pour l’achat de leur nourriture. Toutefois, ils n’obtiennent pas de ‘meal allowance’ même s’ils font des heures supplémentaire, décrie Reeaz Chuttoo.

Durée de contrat

Travailleurs mauriciens: « Le travail des Mauriciens devient de plus en plus précaire dans le secteur. Certains emplo-yés doivent travailler sur des contrats de deux ou quatre mois seulement. Des contrats qui sont certes renouvelés, mais ils restent des contrats à durée déterminée», déplore Reeaz Chuttoo. Il n’y a donc, poursuit-il, pas cette possibilité de faire carrière et de d’assurer son avenir professionnel dans l’industrie. D’autre part, avec un tel système, il n’obtient pas de boni de fin d’année.

Travailleurs étrangers: Le travailleur étranger bénéficie d’un contrat de travail de deux ans, avec possibilité de renouvellement pour encore deux ans supplémentaires.

Dans le secteur des TICs

Salaires

Travailleurs mauriciens: Ceux travaillant à des postes de catégorie ‘workers’ (téléconseiller, superviseur, etc) touchent moins de Rs 30 000 mensuellement, indique Roshan Seetohul, le premier vice-président de l’Outsourcing and Telecommunications Association of Mauritius (OTAM). Un développeur mauricien peut toucher environ Rs 30 000.

Travailleurs étrangers: Les étrangers (Malgaches, Indiens, Africains, Européens, Chinois dépendant des types de postes) sont surtout recrutés pour des postes d’expertise. Un développeur étranger peut ainsi toucher environ Rs 50 000. « Il nous faut des expatriés là où il n’y a pas de profil local. Il y va de la survie de l’entreprise car nous avons des contrats et de délais à respecter », souligne Roshan Seetohul. Or, les étrangers coûtent plus cher à la compagnie. Car outre le paiement du salaire, l’entreprise doit encourir les frais pour le billet d’avion et le logement .

Durée de contrat

Travailleurs étrangers: L’expatrié a droit à un Occupation Permit de deux ou trois ans. Certains travaillent à Maurice pendant cinq­­­­­­ ans avant de repartir dans leur pays.

Productivité: la rivalité

Les opérateurs économiques l’affirment. Même les syndicalistes le confirment. Les travailleurs étrangers sont plus productifs que leurs collègues mauriciens.

« Contrairement aux Mauriciens, les travailleurs n’ont pas de responsabilité familiale et sociale, ils sont donc plus disponibles pour travailler et cela à n’importe quelle heure. Une tendance que commence à adopter les Mauriciens par peur de perdre leur emploi. Ce qui a pour conséquence qu’ils négligent leur vie familiale et sociale », avance Reeaz Chuttoo. Il précise, toutefois, que les Mauriciens ont beaucoup plus d’expérience du travail que les étrangers notamment dans la construction.

« Bien souvent ce sont les Mauriciens qui leur montrent comment travailler », fait-il ressortir.

28 700 travailleurs étrangers enregistrés à Maurice

AnnéeNombre de travailleurs mauriciensNombre de travailleurs étrangers
2011548 60023 000
2012556 30024 000
2013571 20026 300
2014575 70028 300
2015582 50028 700

 

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtsCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe