Transfert Des Marques De Fashion Style: Des Banques Risquent De Perdre Des Centaines De Millions

6 years, 6 months ago - May 23, 2016
Archive Photo: Rakesh Gooljaury

Archive Photo: Rakesh Gooljaury

La compagnie de Rakesh Gooljaury doit plus de Rs 500 millions à un consortium de banques. Mais celles-ci risquent de se retrouver avec une coquille vide, car sans ses franchises prestigieuses, dont la plupart ont déjà trouvé des repreneurs, Fashion Style ne vaut plus rien.

C’est un coup qu’elles n’avaient pas prévu. Alors que depuis février, un consortium de banques avait placé Fashion Style – dont l’unique actionnaire est Rakesh Gooljaury –, sous la tutelle de BDO, la compagnie est en train d’être dépouillée de ses prestigieuses marques de vêtements. Un sérieux revers pour le consortium des institutions financières à qui Fashion Style doit plus de Rs 500 millions, car elles risquent de se retrouver avec une coquille vide. En effet, sans ses franchises, Fashion Style ne vaut plus rien.

Franchises pas achetées

La semaine dernière, les franchises Mango, Jennyfer, Etam et Celio ont changé de représentant exclusif à Maurice. Le nouveau propriétaire est Paul Foo Kune, directeur de Play On Line et ancien propriétaire d’une écurie. Pour les gérer, il a incorporé une nouvelle compagnie nommée World of Fashion. Les marques Orchestra et Esprit ont elles aussi trouvé des repreneurs, tandis que la situation demeure floue pour les autres franchises, comme Hugo Boss et Tommy Hilfiger.

Alors que Paul Foo Kune ne souhaite pas commenter les transactions qui le concernent, des proches soutiennent qu’il n’a pas racheté ces franchises à Rakesh Gooljaury : « Rakesh Gooljaury a perdu ces franchises. Quand Paul Foo Kune l’a su, il a fait une demande aux maisons-mères pour les avoir. » Le directeur de Play On Line reprend aussi les emplacements qu’occupaient les magasins Mango, Jennyfer, Etam et Celio notamment au Bagatelle Shopping Mall et au centre commercial de Phœnix.

Les millions de roupies que Fashion Style devait comme arriérés sur les loyers auraient été réglés et de nouveaux contrats dressés avec ces centres. Le locataire ne sera plus Fashion Style, mais World of Fashion. Une partie du personnel devrait être réembauchée. World of Fashion devra acheter son propre stock de vêtements.

Au sein du consortium dont font partie la MauBank, l’AfrAsia, la State Bank Holding Ltd et CIM Finance, c’est la stupeur. Ces institutions avaient nommé la firme d’experts-comptables BDO pour redresser les finances de Fashion Style, l’objectif étant de récupérer l’argent qu’elle leur doit, soit plus de Rs 500 millions. Des négociations avaient commencé avec un groupe de businessmen, dont l’un serait un grand ponte du secteur privé.

Les banques concernées et BDO ne souhaitent pas commenter cette affaire. « Nous avons appris ce qui s’est passé dans les journaux. Nous avons un travail spécifique qui est de s’assurer que de l’argent entre et aille dans les caisses des banques pour rembourser les dettes. On gère la trésorerie », affirme Yacoob Ramtoola, Managing Partner de BDO. Car sans l’intervention de ces banques, Fashion Style allait couler à pique. Pour permettre à cette dernière de garder la tête hors de l’eau, le consortium avait accordé une rallonge de plusieurs dizaines de millions de roupies à la compagnie de l’ancien proche de l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam.

L’homme d’affaires n’était pas au pays pour commenter cette affaire. Son avocat, Me Rouben Mooroongapillay, a déclaré : « Nous répondrons sur tout ce qui a été publié en temps et lieu. Pour l’instant, on ne commente pas. »

Rappelons que le fils aîné de Paul Foo Kune, Bryan Foo Kune, a acheté deux terrains à Rakesh Gooljaury. Ils se trouvent à Chantenay, St-Pierre. Le deal s’est concrétisé, le 25 février, pour Rs 6,5 millions avec l’accord de la MauBank et de la State Bank of Mauritius. La totalité de cette somme a été reversée aux deux banques.

La MPCB a rééchelonné ses dettes de Rs 517 millions le 8 décembre 2014

L’ex-Mauritius Post and Cooperative Bank (MPCB) a aidé Rakesh Gooljaury, l’ancien ami de Navin Ramgoolam, du gouffre financier. Le 8 décembre 2014, soit deux jours avant la ténue des élections législatives où l’alliance PTr-MMM était donnée favorite face à l’Alliance Lepep, Rajiv Beeharry-Panray, ex-Chief Executive Officer de cette banque, a accédé à la requête de l’homme d’affaires pour rééchelonner les dettes de trois de ses sociétés. L’on parle d’une somme totale de Rs 517 millions.

Il y a d’abord les 6 millions d’euros – soit Rs 252 millions – consentis à Fashion Style Ltd, assortis d’une enveloppe de Rs 50 millions. De même que Rs 150 millions à Designer Labels Ltd et Rs 65 millions à Jack Intl Ltd. Pour que le prêt de 6 millions d’euros soit approuvé, ces deux sociétés, ainsi que Collar & Cuffs Ltd, Designer Development Ltd , ELR Ltd, ELK Ltd, Goman Ltd, GMK International Ltd, La Nicolière Development Ltd, Primat International Ltd, Prites (Mauritius) Ltd et Société Rouen se sont portées garantes pour Fashion Style Ltd.

Le ministère du Logement et des terres a accepté que la Société Rouen puisse hypothéquer les Pas géométriques accordés à Rakesh Gooljaury, à Belle-Mare, en faveur de Fashion Style Ltd. Détentrice de franchises de plusieurs enseignes de marque, celle-ci figurait à la 80e place des 100 meilleures entreprises mauriciennes avec un chiffre d’affaires de Rs 978 millions pour la période allant au 30 juin 2014.

Un audit effectué

Peu après les législatives de 2014, Rakesh Gooljaury a bénéficié d’un rééchelonnement de ses dettes en novembre 2015. Dans l’intervalle, un audit réclamé sur l’ex-MPCB par l’hôtel du gouvernement a révélé que Rakesh Gooljaury a obtenu ces Rs 517 millions en hypothéquant des biens d’une valeur largement inférieure. D’où l’inculpation de Rajiv Beeharry-Panray, en juillet dernier.

L’ex-ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo avait déclaré que l’ex-MPCB a octroyé des prêts toxiques d’à peu près 1,7 milliard lors les deux derniers mandats de Navin Ramgoolam. Émettant des doutes quant au remboursement de ces prêts, il avait enlevé cette épine du pied de l’ex-MPCB. Ce qui a donné un peu de répit à Rakesh Gooljaury, lequel est injoignable depuis une semaine.

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagalegaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgasgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wageMITDmlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouispostPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe