Mauritius | Politics

November 13, 2016

«Big Boss» révèle son identité

Accompagné de son avocat, le «Big Boss» a révélé son identité : «Je m’appelle Veer Luchoomun. J’habite Rivière-du-Rempart. Je suis un businessman international», a-t-il révélé ; ajoutant qu’il est le frère de la députée MSM Sandhya Boygah.
Veer Luchoomun, le présumé «Big Boss»

Veer Luchoomun, le présumé «Big Boss»

Image by Defi Media Group

Répondant aux questions de Nawaz Noorbux et de Jean-Luc Émile, Veer Luchoomun a nié être mêlé dans un trafic de drogue entre l’île Maurice et Madagascar.

Veer Luchoomun affirme qu’il ne connaît pas le policier Arvind Hurreechurn, arrêté mardi 25 octobre à l’aéroport de Plaisance avec dans ses valises deux kilos d’héroïne valant Rs 35 millions. Il revenait d’un voyage à Madagascar.

Arvind Hurreechurn a été retrouvé mort dans sa cellule au Moka Detention Centre dans la nuit du samedi 28 octobre. Il se serait donné la mort par pendaison.

Paul Bérenger, devant la commission d’enquête sur la drogue jeudi 10 novembre, a dévoilé sur un bout de papier le nom de Veer Luchoomun.

Et Veer Luchoomun, dans le studio de Radio Plus vendredi après-midi 11 novembre, lance un défi à Paul Bérenger ; lui demandant de venir «avec la moindre preuve» pour soutenir ses dires.

Veer Luchoomun, le présumé «Big Boss» : «J’Étais toxicomane mais pas trafiquant»

Accusé par Paul Bérenger d’être le « Big Boss » du réseau au sein duquel opérait le policier Arvind Hurreechurn, arrêté avec deux kilos d’héroïne, Veer Luchoomun contre-attaque.

Veer Luchoomun, propriétaire d’une maison de jeu, ciblé par le leader de l’opposition (celui-ci avait remis son nom sur un papier à la commission de la drogue), explique qu’il a eu des démêlés avec la justice car il est un consommateur de cannabis mais qu’il est en phase de réhabilitation. Il réfute les allégations à l’effet qu’il soit un trafiquant de drogue et nie connaître le constable Arvind Hurreechurn, qui avait été arrêté pour avoir transporté Rs 35 M d’héroïne de Madagascar.

Décrit par son entourage comme un homme d’affaires très impliqué dans son business, Veer Luchoomun soutient qu’il est un hommes d’affaires au niveau international. Cet habitant de Rivière-du-Rempart s’est confié au Défi Plus vendredi matin 11 novembre avant de se rendre sur le plateau de Radio Plus dans l’après-midi.

En présence de son homme de loi Me Steeven Sauhoboa, le jeune homme de 35 ans a affirmé qu’il n’est pas mêlé au trafic de drogue entre Maurice et Madagascar, et qu’il ne tire les ficelles d’aucun réseau dans le Nord. « C’est totalement faux. Je n’arrive pas à comprendre comment et pourquoi Paul Bérenger m’accuse », s’exclame-t-il.Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, n’a pas commenté cette affaire lors de son meeting à Rose-Hill.

Ce qui est vrai, ajoute-t-il, c’est qu’il est bel et bien le propriétaire d’une maison de jeu à Rivière-du-Rempart, un business qui lui a été légué par son défunt père. « Le nom de cette maison de jeu était celui d’un restaurant. En 1998, mon père l’a repris et nous nous sommes lancés dans le business.

Nous avons une quinzaine de branches à travers l’île aujourd’hui. » Il raconte qu’au fil des années, le business s’est révélé fructueux et la famille a décidé de s’implanter à l’étranger. Après Maurice, c’est à Madagascar, puis en Afrique – notamment au Rwanda –, que ce père de deux enfants a ouvert d’autres succursales. Ce qui expliquerait, dit-il à Radio Plus, son train de vie.

L’ancien élève du collège Universal, à Rivière-du-Rempart, se justifie : « C’est normal que je voyage souvent. » Il admet qu’il s’est rendu à Madagascar à plusieurs reprises : « Je suis parti en plusieurs occasions pour le business familial que je gère avec ma femme. Cette année, je m’y suis rendu une seule fois, en septembre. »

A-t-il déjà été impliqué dans une affaire de drogue ? « Non, répond-il catégoriquement. Je ne sais pas à quoi ressemble l’héroïne. Je n’en ai jamais vu ni consommé. Je n’ai rien à voir avec une quelconque affaire de drogue. » Mais lorsque nous évoquons ses arrestations par la brigade antidrogue, il « confirme » avoir commis des « erreurs de jeunesse » : « Oui, j’ai déjà eu des démêlés avec la police en 2007 lorsque j’ai consommé du gandia avec des amis. La Cour m’a infligé des amendes. Et pour la deuxième arrestation en 2011, l’affaire est toujours en Cour et j’ai retenu les services de Rama Valayden et Steeven Sauhoboa pour ma défense. »

Depuis sa dernière arrestation, il est « clean », avance-t-il. « Depuis cinq ans, je ne consomme plus de cannabis. Moi-même je suis une victime de la drogue et je suis actuellement un traitement de réhabilitation », fait-il ressortir.

Veer Luchoomun crie à la « vendetta politique ». Il martèle que s’il est bien le frère de Sandhya Boygah, il ne mélange pas les affaires et la politique : « Il n’y a jamais eu d’ingérence politique comme certains le font croire. Paul Bérenger a raté sa cible. » Le trentenaire met le leader de l’opposition au défi de «fournir au moins une preuve, directe ou indirecte, qui (le) relie à Arvind Hurreechurn ».

Il révèle son identité sur Radio Plus

Accompagné de son avocat Me Steeven Sauhoboa, le «Big Boss» a révélé son identité sur Radio Plus :

Nawaz Noorbux : C’est une situation particulièrement drôle, car je vous dis bonsoir Big Boss. Je vous laisse le soin de vous présenter.
Big Boss : Je m’appelle Veer Luchoomun. J’habite Rivière-du-Rempart et je suis un businessman international dans le domaine du jeu de hasard, des casinos et des machines à sous. C’est le business que nous faisons à Madagascar et en Afrique.

Nawaz Noorbux : Veer Luchoomun, vous êtes le frère de la députée MSM Sandhya Boygah ?
Veer Luchoomun : En effet !

Nawaz Noorbux : Paul Bérenger vous qualifie de «Big Boss» et allègue que vous êtes à la tête d’un réseau de trafic de drogue entre l’île Maurice et Madagascar et que vous faites le va-et-vient entre ces deux pays et que vous êtes mêlé à « l’affaire du constable Hurreechurn »…
Veer Luchoomun : Premièrement, je ne connais pas le policier Hurreechurn personnellement. Je ne l’ai même pas rencontré de toute ma vie. Ni un bonjour, ni une poignée de main. Je suis étonné comment Paul Bérenger dresse un lien entre l’affaire Hurreechurn et moi. C’est la première fois que je vis une telle situation.

Jean-Luc Émile : Avez-vous essayé d’avoir des explications sur les liens dont fait état Paul Bérenger ?
Veer Luchoomun : Je ne comprends pas. Ce n’est que lorsque vos collègues m’ont téléphoné [jeudi après-midi 10 novembre] que j’ai appris que Paul Bérenger a fait de telles allégations contre moi devant la commission d’enquête sur la drogue. Je pense qu’il a écrit mon nom sur un bout de papier pour le remettre au président de la commission.

Jean-Luc Émile : Est-ce par rapport à vos antécédents ? Car, on dit que vous avez été condamné pour « drug dealing » en 2007, et en 2011 il y a eu une autre affaire de drogue devant la cour intermédiaire…
Veer Luchoomun : Ce n’est pas un cas de « drug dealing ». Je ne me suis procuré cette drogue avec l’intention de la distribuer, mais pour fumer entre amis. On ne m’a pas traduit en Cour pour trafic de drogue. 

Nawaz Noorbux : Reconnaissez-vous donc que vous êtes un consommateur de cannabis ?
Veer Luchoomun : Évidemment, je le reconnais. Mais je suis en réhabilitation.

Nawaz Noorbux : Ce qui éveille les soupçons c’est surtout votre train de vie. Vous roulez en Jaguar…
Veer Luchoomun : Nous sommes dans le business des jeux depuis plus de 20 ans. En 1998, mon papa avait ouvert une maison de jeu qui s’appelle « Le Baron ». C’est la maison de jeu qui s’appelle « Le Baron ». Cela ne veut pas dire que je suis un baron de la drogue comme Paul Bérenger veut le faire croire. C’est un business familial. Nous l’avons géré de père en fils. Quand j’ai pris les choses en main, j’ai apporté des idées nouvelles et ce business a grandi.

Nawaz Noorbux : Connaissiez-vous le policier Arvind Hurreechurn ?
Veer Luchoomun : Je ne le connais absolument pas. Je ne l’ai jamais rencontré.

Nawaz Noorbux : Avez-vous entendu son nom pour la première fois ?
Veer Luchoomun : J’ai entendu le nom pour la première fois lorsque l’affaire a éclaté. Mais le visage me dit quelque chose lorsque j’ai vu sa photo dans les journaux. Je ne l’ai pas rencontré physiquement, personnellement.

Jean-Luc Émile : Le leader de l’Opposition vous reproche d’avoir effectué plusieurs voyages à Madagascar malgré le fait que vous êtes en liberté conditionnelle. Qu’avez-vous à dire ?
Veer Luchoomun : J’ai fait ces voyages après avoir obtenu l’autorisation de la Cour. Le Directeur des poursuites publiques (DPP) ou le State Law Officer ont pris la décision de me laisser voyager. Cela fait plus de 20 fois que j’ai sollicité la cour intermédiaire pour voyager parce que l’affaire remonte à 2011 et que nous sommes en 2016. Cette année, je ne me suis rendu qu’une fois à Madagascar pour l’ouverture de nos boutiques.

Nawaz Noorbux : Est-ce «Big Boss» est votre surnom ?
Veer Lutchoomun : Je suis assez corpulent, mais surtout ne venez pas dire que je suis «Big Boss».

Nawaz Noorbux : Êtes-vous conscient que tout cela peut avoir des ramifications politiques parce que vous êtes le frère de Sandhya Boygah ? Comment votre sœur vit-elle cette situation ?
Veer Luchoomun : Je n’ai pas pu lui parler, à hier [jeudi 10 novembre]. Mais je pense que c’est une situation traumatisante pour elle, tout comme c’est le cas pour moi. Je ne suis pas dans le domaine, vous savez…

Jean-Luc Émile : Êtes-vous un sympathisant du MSM ?
Veer Luchoomun : Pour moi, je suis un businessman, un businessman international. Donc, je ne suis concerné que par le business, pas la politique. Je considère que Paul Bérenger ne cherche qu’une vendetta politique. Il veut s’attaquer à ma sœur à travers ses proches.

Nawaz Noorbux : Cela fait 24 heures depuis que Paul Bérenger a balancé votre nom. Est-ce que quelqu’un de la commission d’enquête sur la drogue ou de la police, voire de l’Adsu, a pris contact avec vous ?
Veer Luchoomun : À hier, non ! Aucune autorité n’a pris contact avec moi directement. Mais la presse m’a contacté.

Nawaz Noorbux : Votre avocat Me Steeven Sauhoboa est en studio. En tant que conseil légal de Veer Luchoomun, quel est la marche à suivre selon vous ?
Me Steven Sauhoboa : J’attends à ce que Paul Bérenger fasse une déclaration publique et aussitôt nous logerons une affaire en Cour parce qu’il diffame Veer Luchoomun. Le bout de papier n’est pas une déclaration publique. Nous considérons aussi la possibilité de porter plainte à la police. Mais je voudrais surtout dire à Paul Bérenger s’il a des preuves concrètes pour incriminer mon client, qu’il le fasse. Je connais Veer Luchoomun depuis 25 ans, mais jamais en tant que trafiquant de drogue. Je l’ai défendu, par seulement dans les affaires de drogue, mais aussi dans le cadre de son business. Il n’est pas un trafiquant de drogue. Je suis là pour le protéger en tant que son avocat. J’invite Paul Bérenger à porter plainte à la police s’il a des preuves concrètes.

Jean-Luc Émile : Paul Bérenger a aussi évoqué le fait que de l’argent et de la drogue avaient été saisies chez votre client en 2011…
Me Steeven Sauhoboa : En 2011, la police n’a jamais saisi de l’argent. Il y avait de la drogue d’une valeur de Rs 3 000. Mon client avait été arrêté en possession de drogue. Mon client n’avait pas l’intention de fumer toute la drogue, mais avait l’intention de la partager. Nous sommes en négociations pour dire à la Cour que Veer Luchoomun est un consommateur et qu’il compte plaider coupable comme consommateur, mais pas pour distribution. Il n’est pas un trafiquant. Concernant ses voyages, j’ai moi-même formulé des demandes en Cour pour qu’il puisse les faire parce qu’il a du business à Madagascar et au Rwanda. Nous avons produit les documents y relatifs, et la Cour lui a autorisé à voyager.

Nawaz Noorbux : Veer Luchoomun, pourrez-vous expliquer aux autorités la provenance de votre richesse ?
Veer Luchoomun : Bien sûr !

Nawaz Noorbux : Il existe désormais une loi régissant les richesses inexpliquées. Êtes-vous inquiet ?
Veer Luchoomun : Non, pas du tout. Vous n’avez vu que la maison de jeu à Rivière-du-Rempart. Nous avons plus d’une vingtaine de branches à travers le pays. Et cela fait 20 ans que nous sommes dans ce business.

Nawaz Noorbux : Vos déclarations d’impôts à la Mauritius Revenue Authority (MRA) sont-elles en règle ?
Veer Lutchoomun : Bien sûr. Il y a différents types de compagnies.

Jean-Luc Émile : Vous êtes le frère de Sandhya Boygah, mais avez-vous aussi des liens de parenté avec une ministre ?
Veer Luchoomun : Oui, oui. J’ai des liens de parenté avec Leela Devi Dookun-Luchoomun [ministre de l’Éducation]. C’est la femme du petit frère de mon papa.

Nawaz Noorbux : Êtes-vous disposé à déposer devant la commission d’enquête sur la drogue ou à vous rendre à la police de votre gré pour vous défendre ?
Veer Luchoomun : Oui, bien sûr ! Je n’ai rien à cacher. Je n’ai rien à cacher. Mettez les preuves en avant. Pas une dizaine de preuves, mais une seule. “Amene !” Dans l’affaire Hurreechurn ou “whatever drug dealing” ! Peu importe le lieu ou l’année. “Bring only one evidence!” Je lui lance un défi : “bring it!”

 

 

 

Tags Cloud

20102011accaaccidentaccidentsADSUadvertisingafghanistanAfrAsiaafricaagalegaagreementagricultureagroAIairair asiaair australAir Franceair madagascarair mauritiusairasiaAirlinesairportairway coffeeAlbionalgeriaalibabaalteoAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo BramwellappappleappointmentsappsaquaculturearrestasiaATOauditaudit reportaustraliaaustriaaviationawardawardsBABagatelleBagatelle DamBAIBangladeshbankBank OnebankingbanksbarclaysbeachesBeau Bassin-Rose HillbeautybeerBelgiumBelle-MareBelle-RivebetamaxbettingBharat Telecombig databitcoinblue economyBlue-BayBOIboko haramBollywoodBOMbombingbookbookmakerbossBotswanabpmlBPOBramer BankbrazilbrexitBritish AirwaysbudgetbuildingbusesBusinessbusiness trendsCabinetcall centresCanadacanecareercareer tipscargocarnivalcasinoCCIDCCMCCTVCEBcelebretiescementChagoscharityCharlie HebdoCHCchilechinachromeCIELcigarettescinemaclashesCMTcomorosconcertconferenceCongoconstitutional amendmentconstructioncontestcontestscontractcooperationcorruptioncounterfeitcoupCourtCourtsCPBCPEcreativitycreditscrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomercustomerscustomsCVCWAcyclingcyclonedamDawood RawatdayDBMdeficitdenguedeportationdevelopmentDiego GarciadivalidoctorsdodoDomaine les PaillesDonald TrumpDPPdrug traffickingdrugsDTAADubaiDuty Freee-commercee-servicesearthquakeebeneebolaecoecologyeconomiceconomicseconomyEducationeducation abroadeducation reformEEZEgyptEIILMelectionselectoral reformelectricityelon muskembassyEmiratesemirates airlinesEmtelenergyENLentrepreneurshipEOCEUEuroEuropeeventeventsexaminationexamsexpoexportfacebookfairFalcqfarmersfarmingfashionfast foodfbiFDIfeefeesferryfestivalFievre AphteuseFIFAFIFA World CupFilm Rebate SchemefilmingfilmsfinancefinancesfinancingFirefishfishingFIUFlacqFlic-en-FlacFloodsflourfoodFootballforecastforeign workersForumFrancefraudfruitfruitsFSCFTAfuelfunnyGAARgabongadgetsgalaxygalaxy notegamblinggame of thronesgamesgasgazaGDPGermanyghanaGlobal BusinessgolfgoogleGorah Issac casegovernmentGRAGrand Baygrand-baiegreecegreengreen energygrippeGTUH1N1hackershajjhamashappinessHawaiihawkershealthhealthcareHeritage Cityhi-techhighlandshistoryHolcimholidaysHong Konghorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshowhow toHRHRDCHSBCHSCHSC ProhtchungaryhuntingIBAIBLICACICTICTAID cardiframacillegal fishingillegal migrationillegal workersIMFimportindiaIndian OceanIndian Ocean Island GamesIndonesiainflationinfluenzaInfographicsinfrastructureinnovationinnovationsinsuranceinterest rateinternetinterpolInterviewinterview tipsinvestinginvestmentinvestmentsIOCIORECiosiPadiphoneIPOiraniraqirelandIRSISISislamicisraelITItalyjapanJellyfishJewelleryJin FeijobjobsjournalismJulian AssangeKailash TrilochunKenyakitesurfingKPMGkreollabourLafargelandlandslidelawlawslayoffsLe MorneleadershipleakLepepliberiaLibyalifeloanloanslocal governmentlogisticslotteryLottotechLRTLufthansaMadagascarmalariamalaysiamalaysia airlinesMaldivesMalimallmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCIMDFPMeatmeccamediaMedical CouncilMedical tourismmedicamentsmedicineMedineMedPointmeetingMEFMegh PillayMESMetro ExpressMEXAMFAMGIMHCmichaela harte caseMicrosoftMIDMidlandsMIEmigrationmigration crisisminimum salaryminimum wagemiss mauritiusmistakesMITDmlMMMmobilemobile phonesMokamoneymoney launderingmonkeyMont-ChoisyMoody’sMoroccomotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMPLMQAMRAMSBMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNaïadeNamibiaNandanee SoornackNarendra ModinasanatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNCGNDUNECnefNelson MandelaNeotownNepalnetherlandsnetworkingNew Mauritius Hotelsnew zealandNGONHDCNICNICHLNigerianight clubsNitin Chinien caseNobel Prizenokianorth koreaNRBNTANTCNWCCoceanocean economyofofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmega ArkOmnicaneoniononlineopinionOppositionorangeoscaroscar pistoriusOUMoutsourcingPakistanpalestinePamplemoussesPanama Paperspandit sungkurparliamentPaul BérengerpensionpensionspeoplePhilippinesPhoenix Beveragesphonespicture of the daypillspiracyplanPlanet Earth InstitutePMPMOpmsdPNQpokerpolicepoliticspollutionPonzi SchemeportPort LouisPort-LouispostPovertyPRPravind JugnauthPRBpresentationpresentation tipspresidentpricepricesprisonproblemprofitprojectprojectsprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicepwcQatarquatre-bornesquotesrainsRajindraparsad SeechurnRakesh Gooljauryransomwareratesratingratingsreal estaterecallsreformreformsrefugeesreligionrepo ratereportRESrestaurantrestaurantsresultresultsresumeresume tipsretailReunionrevenuericeRiche-TerreriseRiviere-du-RempartRiviere-Noireroadsroche-boisRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillrosewoodRoshi BhadainRum and SugarRundheersing BheenickrupeeRussiaRwandasafetySAJsalariessalarysalesalessales tipssamsungsanctionssaudi arabiaSBIsbmSCscamscandalSCBGscholarshipscholarshipsSchoolschoolsscienceseasecuritySEMSEMDEXSenegalSeychellesShakeel MohamedShanghaisharksshootingshoppingshopping fiestashopping mallshopping mallsshowSICsicomSierra LeonesingaporeSITskillssmall businesssmart citysmartphonesSMeSMEDAsmmsnapchatSobrinho casesocialsocial mediasocial networks & messengerssoftwaresolar energySomaliasonysouthsouth africaSouth China Seasouth koreasouth sudanspainsponsorshipsportSportsSquatterssri lankaSSRStar KnitwearstartupsstatisticsstatsSTCstockstock marketstocksstrategystreet vendorsStressstrikestudystudy abroadstylesuccesssuccess storysugarsugar canesummitSun ResortsSun Tan caseSunkai caseSunnystarssurveySwanSwedenSwitzerlandsyriaTAtabletsTaiwanTanzaniataxtax fraudtax heaventaxesTbillsteaTeachersteamTECtechnologytelecomtendersterrorismtertiarytextilethailandthethefttimetime managementtipstotourismtoystradetrade feetradingtrainingstransporttraveltrendsTrioletTripAdvisorTrou-aux-BichestsunamitunaTunisiaTurfTurkeyturkish airlinesTVtwittertyphoonUdMUgandaukukraineununemploymentunionsuniverseuniversityuomUSUTMvacanciesVacoasVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-PhoenixVanilla Islandsvarma caseVATVeekram BhunjunvegetablesVerizonvideoVideo of the Dayvirtual realityvisaVishnu Lutchmeenaraidoovisitvivo energyvolcanowasteWaterWaterparkWeatherwest africawhatsappWhitedot Casewi-fiwikileakswindowsWMAwomenworkworkersWorkshopWorldWorld Bankwriting tipsWTOXavier-Luc DuvalyahooyemenYEPyoutubeZambiazimbabwe
Mauritius
© 2010-2017 mega.mu