Anil Gayan: «La double pratique n’est pas un droit, c’est un privilège»

4 years, 1 month ago - January 16, 2017
Anil Gayan

Anil Gayan

La double pratique public-privé est un privilège accordé par le ministre, a rappelé Anil Gayan sur Radio Plus le samedi 14 janvier. Il promet des sanctions pour les médecins fautifs et des contrôles plus rigoureux au niveau des cliniques.

« Le Medical Council peut agir et désenregistrer un médecin s’il y a récidive »

>Le ministère de la Santé a pris la décision d’interdire aux médecins du service public d’exercer dans le privé. Il paraît qu’il y a des abus. Qu’en est-il au juste?

Il y a toutes sortes d’abus. Selon les conditions attachées au privilège de la double pratique public-privé, les médecins avaient l’autorisation de le faire uniquement après les heures normales de travail, mais nous avons des preuves que des médecins du service public vont faire des opérations dans les cliniques pendant les heures où ils sont censés être à l’hôpital pour soigner les patients.

Nous avons aussi reçu des plaintes selon lesquelles des médecins dans le service public disent aux patients que la liste d’attente à l’hôpital est trop longue et que s’ils vont dans le privé, leur traitement pourra se faire plus vite. Cela inquiète les patients, qui ont alors peur pour leur santé. Et ce sont les mêmes médecins du service public qui vont faire l’opération dans le privé. C’est contre l’éthique et la déontologie de la profession médicale. Les médecins du privé font passer leurs patients avant ceux qui sont sur la liste d’attente des hôpitaux. Il semble qu’il y ait aussi une connivence de la part des infirmiers et des attendants, ce qui engendre une situation malsaine dans le service de santé publique.

>Vous dites que depuis 2013, la décision a été prise d’interdire cette pratique. Est-ce qu’elle a été respectée?

Elle n’a pas été respectée. En 2013, la situation était différente. Nous n’avions pas le nombre de médecins que nous avons aujourd’hui. Il y a actuellement, dans le service public, plus d’un millier de médecins à différents niveaux. Nous devons trouver une formule où les patients recevront les soins nécessaires à l’hôpital. Très souvent, je reçois des plaintes à l’effet que le médecin ne prend même pas le temps de lever les yeux vers le patient avant de lui prescrire des médicaments. Alors que dans le service privé, ce même médecin trouve tout le temps voulu pour se consacrer à ses patients.

>Nous comprenons qu’il faut mettre de l’ordre dans tout cela, mais ne pensez-vous pas que si on empêche un médecin du service public d’exercer dans le privé, cela aura un impact sur les soins prodigués dans le privé?

Je ne suis pas de cet avis. Le principe de base, c’est qu’un médecin doit traiter un patient de la même façon, qu’il soit riche ou pauvre. Ce n’est pas parce qu’une personne paie un médecin qu’elle doit avoir des soins additionnels et un accueil différent. Un professionnel reste un professionnel. Dans d’autres pays, les cliniques emploient leurs propres spécialistes et médecins. C’est une possibilité que nous devons aussi envisager à Maurice. Avec le nombre de médecins que nous avons sur le marché, nous devons peut-être demander aux cliniques de voir si elles peuvent employer plus de médecins sur une base permanente.

>Avec l’interdiction pour ces médecins d’exercer, ne craignez-vous pas qu’il y ait un exode massif des spécialistes du public vers le privé, où ils sont mieux payés?

Ce sont des arguments que j’entends souvent. Si tel est le cas, nous devons voir comment faire face à cette situation. Je souligne que nous n’avons pas encore décidé s’il y aura une interdiction concernant la double pratique. Nous organisons un atelier de travail public afin que chacun puisse s’exprimer sur le sujet. Les abus doivent cesser. Si vraiment la pratique dans le privé est aussi rémunératrice, pourquoi les médecins qui travaillent dans le privé veulent rester dans le service public ? C’est une question que les membres du public devraient leur poser au cours de cet atelier de travail.

>Selon vous, un médecin ne peut être rémunéré à la fois dans le public et le privé?

Depuis que je suis ministre, j’y réfléchis. J’ai essayé de voir comment cela se passe dans d’autres pays. En général, c’est soit le privé soit le public.

>Dans le contexte local, comment pensez-vous réglementer cette situation?

J’ai eu une réunion avec les directeurs des cliniques privés vendredi. Si jamais on autorise la pratique public-privé, les cliniques devront être beaucoup plus rigoureuses afin de contrôler les heures durant lesquelles les médecins du service public se rendent dans les cliniques. Ce ne sera pas business as usual. Il y aura aussi, pour les médecins, un mécanisme de vérification au ministère pour prévenir les abus.

>Croyez-vous vraiment que les cliniques vont exercer un contrôle 

Si elles ne le font pas, elles n’auront pas leur permis d’opération. Nous avons des moyens de contrôle. D’ailleurs, selon les conditions attachées à leur permis d’opération, les cliniques doivent déclarer les fees returns de tous leurs patients. Nous allons ainsi tout savoir à travers les patients qui se rendent à l’hôpital et dans les cliniques. Nous saurons si le même médecin travaille des deux côtés, ce qu’il n’a pas le droit de faire parce qu’il y a conflit d’intérêts. Il y a déjà des conditions qui sont attachées à ces privilèges, mais qui ne sont pas respectées, malheureusement.

>Quelles sont les sanctions que vous envisagez à l’encontre des médecins qui ne respectent pas ces conditions?

Le retrait de ce privilège. Le Medical Council peut agir et désenregistrer un médecin s’il y a récidive.

>Il paraît qu’il y a sept spécialistes qui ont pratiqué dans le privé à l’heure où ils devaient être dans le service public. Est-ce que des sanctions ont été envisagées contre eux?

Il n’y en pas que sept. Nous avons envoyé une équipe dans une clinique et nous avons constaté, à travers les documents et les informations que nous avons obtenus, qu’ils avaient peut-être enfreint les conditions attachées au privilège de la double pratique. Une enquête est en cours. Les cliniques ont jusqu’au dimanche 15 janvier (NdlR : aujourd’hui) pour remettre la liste des opérations qui ont été effectuées ces deux derniers mois. Ainsi, nous aurons une meilleure idée de l’ampleur des abus, si abus il y a eu.

>La Government Medical & Dental Officers Association a déposé une plainte en Cour pour avoir le droit de pratiquer dans le privé.

Ce n’est pas un droit, c’est un privilège ! Selon les conditions de travail des médecins, dans la lettre qu’ils ont reçue, ils ne peuvent pas travailler dans le privé, sauf quand ce privilège leur est accordé par le ministre.

>Faut-il attendre le verdict de la Cour pour prendre une décision?

Ce n’est pas nécessaire. Notre atelier de travail vise à développer une nouvelle politique pour la pratique privée. Il n’y a, à ce jour, aucune injonction servie contre le gouvernement.

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtsCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe