Fidget Spinner : attention addiction!

3 years, 8 months ago - June 15, 2017
C’est un gadget, qu’on fait tourner entre le pouce et l’index, qui permet de se détendre, paraît-il. Déjà, petits et grands en sont accros… Il y en a qui achètent plusieurs modèles pour s’enorgueillir d’une collection. Encore un autre phénomène que bon nombre, dont certains commerçants, peinent à comprendre.

Le Fidget Spinner ressemble à une hélice à trois branches. Aussi connu comme le Hand Spinner, il n’est pas plus grand que la paume d’une main, mais il suscite un grand engouement à Maurice comme à l’étranger. Ayant eu vent de cette tendance mondiale, One.O.One a commencé à commercialiser le Fidget Spinner en février. « Toutefois, nous ne nous attendions pas à ce que ce gadget connaisse un succès aussi fulgurant auprès des Mauriciens », explique Reeaz Torabally de l’enseigne One.O.One, à Port Louis.

Le gadget se décline en plusieurs modèles et coloris. One.O.One propose le Fidget Spinner classique à Rs 150 la pièce. Conçu à partir d’un polymère, il existe en noir, rouge, blanc et doré, entre autres. L’autre modèle, illustré avec des motifs colorés, est à partir de Rs 250. Le troisième modèle est à l’effigie des personnages, notamment Batman, Deadpool et Star Wars pour ne citer qu’eux. Il faut compter à partir de Rs 400 pour une pièce.

One.O.One a aussi organisé des concours. Ceux qui peuvent faire tourner le Fidget Spinner sans arrêt pendant une minute et une seconde, remportent une dizaine de ces gadgets ! Trois gagnants ont déjà été récompensés. « Au début, la clientèle était majoritairement composée d’adultes qui disent utiliser le Fidget Spinner contre le stress. De nos jours, ce sont les étudiants qui sont de plus en plus fans. Ils veulent frimer et bon nombre ont même une collection de Hand Spinners», ajoute Reeaz Torabally. Il explique que cette tendance mondiale est arrivée à Maurice à travers des réseaux sociaux.

Priscilla, de Time Flies Clocks and Boxes, à Grand-Baie, confie d’emblée que la maison-mère en Afrique du Sud a envoyé les produits d’abord pour tâter le terrain... « Nous avons ensuite remarqué que les écoliers se promènent partout avec leur Fidget Spinner. Petit à petit, le stock s’est épuisé. Les petits comme les grands en achètent. Dans notre boutique, nous avons déjà accueilli un homme de 65 ans qui s’est offert le gadget », indique notre interlocutrice.

Antistress ? À quel point ?

Priscilla qualifie le Fidget Spinner comme une toupie moderne qu’il suffit de tenir au centre et de faire tourner. Le prix est affiché à Rs 180 l’unité. Celui qui arbore un effet métallisé est à partir de Rs 200. « Les clients choisissent leur Fidget Spinner par rapport à son esthétisme sans plus. »

NVS Repair Centre, à Curepipe, ne propose que les Fidget Spinners en polymère. « Des recherches ont montré que la couleur métallisée, qui recouvre le Fidget Spinner, contient du mercure qui est dangereux pour la santé surtout chez les enfants », fait ressortir Vicky Sobhee qui commercialise deux types de Hand Spinner. Celui équipé de la technologie Bluetooth est à Rs 150 alors que celui diffusant des lumières LED est à Rs 325. Une centaine de pièces ont déjà été vendues.

« Cette tendance, qui a pris de l’ampleur depuis juin, a débuté en Chine avant de faire le tour du monde. Comme l’information voyage désormais à la vitesse de la lumière grâce aux dernières technologies, les Mauriciens ont eu vent de ce gadget qui agit comme un antistress. Mais à quel point est-ce vrai ? Les commerçants ont alors trouvé une opportunité pour développer leurs affaires en faisant venir les Fidget Spinners », indique Vicky Sobhee.

Jemima Moonsamy, 13 ans, a récemment reçu un Fidget Spinner en cadeau. Elle a eu vent de cette tendance à travers ses amies au collège et les réseaux sociaux. « J’en voulais aussi et je joue avec surtout quand je fais la lecture ou mes devoirs. Le fait de le tourner tout simplement m’aide à me décompresser. Je suis devenue accro », avoue cette habitante de Roches-Brunes.

Pour la nutritionniste Divya Poorun, le Fidget Spinner est un moyen de se concentrer. « La musique m’aidait autrefois mais je ne pouvais l’écouter partout. Même quand je jouais avec mon stylo, cela dérangeait les autres. Le Fidget Spinner est silencieux et il m’accompagne partout. Il me permet d’évacuer le stress et de canaliser mon énergie quand je travaille.» Elle évite cependant de l’utiliser quand elle est entourée d’autres personnes. Divya Poorun est consciente que le gadget peut devenir une addiction.

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtsCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe