Inégalité Dans Le Secteur Privé : Les Femmes Touchent 50 À 70 % Du Salaire Des Hommes

3 years, 7 months ago - July 24, 2017
Une femme qui assume le poste de manager touche en moyenne Rs 29 100 alors que son collègue masculin perçoit Rs 40 200. Concernant les postes élémentaires, la femme est encore plus discriminée car elle ne gagne en moyenne que Rs 6 500 contre Rs 14 500 pour un homme. Il est temps de changer les mentalités.

C’est un constat qui interpelle : l’écart des revenus entre hommes et femmes est flagrant. Bien qu’occupant les mêmes postes, les femmes touchent en moyenne seulement 50 % (emplois élémentaires) à 70 % (emplois de managers et autres professionnels) du salaire de leurs collègues masculins, relève Statistics Mauritius dans son dernier rapport sur les genres.

Les chiffres sont, d’ailleurs, révélateurs. Une femme évoluant dans le secteur des services et de la vente ne touche en moyenne que Rs 11 000, alors que son collègue masculin gagne Rs 18 400. Si un employé de bureau perçoit en moyenne Rs 22 300, sa collègue ne touche que Rs 17 800.

Ces données ne surprennent nullement Anushka Virahsawmy, directrice de Gender Links. « Si les salaires sont égaux entre l’homme et la femme dans la fonction publique, on constate qu’il y a toujours des lacunes dans le secteur privé. Ce genre d’inégalité, qui existe depuis des lustres, est déplorable », fulmine Anushka Virahsawmy. Pour la syndicaliste Jane Ragoo, c’est une réalité que la femme est discriminée en termes de salaires. « Dans les Remunerations Orders, il y a deux industries, notamment celle du thé et de l’industrie sucrière, où la femme est davantage pénalisée. C’est écrit noir sur blanc que les femmes doivent toucher moins que leurs collègues », déplore Jane Ragoo.

Des efforts

Pourtant, il faut reconnaître que des efforts sont consentis pour mettre un terme aux discriminations à l’égard des femmes quand il s’agit de leurs émoluments. « Nous avons fait plusieurs demandes au ministère du Travail pour que les salaires des femmes soient alignés sur ceux de leurs collègues masculins. Mais, tel n’est toujours pas le cas », fait ressortir le syndicaliste Devanand Ramjuttun. Pourtant, Maurice, souligne-t-il, a signé la Convention 100 qui stipule que pour un travail de valeur égale, il faut un salaire égal. « Nous sommes aussi signataires de la Convention 111 sur l’élimination de toute forme de discrimination. Par ailleurs, l’article 20 de l’Employment Rights Act s’aligne sur la Convention 100. Il y a donc une violation de ces lois et de conventions », insiste Devanand Ramjuttun.

Pour Jane Ragoo, l’inégalité salariale ne touche pas uniquement l’industrie sucrière et le secteur théier. D’autres métiers sont concernés. « Le rapport de Statistics Mauritius vient montrer que dans les faits, ce sont les patrons qui décident combien payer la femme et l’homme », souligne-t-elle. Pour Jane Ragoo, il y a plusieurs facteurs sous-jacents à cette discrimination. « La femme est toujours perçue comme le sexe faible, celle qui est docile, faible physiquement et qui peut tomber enceinte à n’importe quel moment. Ce qui la rendra moins productive alors que l’homme est considéré comme le gagne-pain de la famille. Toutes sortes de prétextes sont trouvés pour justifier cet écart de salaire », s’emporte Jane Ragoo.

Jane Ragoo et Anushka Virahsawmy sont, toutefois, catégoriques. « Les choses doivent changer. Pour cela, il faut une réelle volonté et un changement des mentalités envers la femme », concluent-elles.

Les hommes promus plus rapidement

« Cet écart de salaire entre l’homme et la femme n’est pas forcément un élément de discrimination. Il s’explique plutôt par le fait que les hommes travaillent normalement plus que les femmes. Ils font notamment plus de heures supplémentaires par rapport aux femmes qui sont prises par leurs responsabilités familiales », observe l’économiste Vishal Ragoobur, Senior Economist.

Autre explication : les hommes, note-t-il, sont promus plus rapidement que les femmes. « De ce fait, ils touchent plus que leurs collègues féminins. D’autant plus que ces dernières ont des pauses au cours de leur carrière liées à la maternité ou autres responsabilités familiales. Et c’est aussi un fait que l’on compte plus d’hommes à des postes de responsabilité que de femmes. Ce qui explique cet écart salarial pour les postes plus élevés », fait ressortir Vishal Ragoobur.

Les salaires moyens perçus

Postes occupésHommesFemmes 
Managers, professionnels, techniciensRs 40 200Rs 29 100
Auxiliaires/employés de bureauRs 22 300Rs 17 800
CommerciauxRs 18 400Rs 11 000 
Agriculteurs et travailleurs qualifiés dans les services bois, forêts et la pêche/artisans/opérateurs et assembleursRs  14 200Rs 7 300 
Postes élémentairesRs 14 500Rs 6 500 

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtsCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe