Boni de fin d’année : Rs 6,6 milliards versées à 550 000 employés dans le privé et le public

3 years, 2 months ago - December 05, 2017
Environ 5 % des entreprises ont payé le boni de fin d’année à leurs employés à la fin de novembre. Les 95 % restants le feront au plus tard le 20 décembre. En attendant, voici tout ce qu’il faut savoir sur le paiement du treizième mois.

Comment le boni est-il calculé ?

Le boni est calculé sur un douzième (1/12) des total earnings de l’employé. « Ce qui comprend le salaire de base, incluant les heures supplémentaires et autres allocations. Toutefois, le boni exclut les frais de transport et les commissions », indique Reeaz Chuttoo, porte-parole de la Confédération des travailleurs du secteur privé.

Les critères pour obtenir le boni

Les salariés doivent être employés sur une base permanente pendant une année. Ceux qui ont travaillé moins d’une année, à titre d’exemple sept mois, obtiendront leur boni sur une base prorata.

Ces chiffres à retenir

Environ 550 000 employés toucheront leur boni en cette fin d’année. Parmi, l’on compte 83 000 employés dans la Fonction publique, incluant les collectivités locales et les corps paraétatiques.

5 milliards de roupies. C’est le montant que le secteur privé devra décaisser pour le paiement du boni de fin d’année. Pour le secteur public, il faudra compter une somme avoisinant Rs 1,6 milliard pour cet exercice.

Environ 5 % des entreprises paient le boni à la fin de novembre. La grande majorité des compagnies effectuent le paiement en décembre.

2. C’est le nombre d’années d’emprisonnement maximal que risque un responsable d'une entreprise en cas de non-paiement du boni de fin d’année. La compagnie est également passible d’une amende n’excédant pas Rs 25 000.

1 à 5 mois de salaire additionnel. C’est ce que touchent les employés de certains secteurs, grâce à d’autres types de boni liés à la performance de l’employé ou de la compagnie, à la profitabilité de l’entreprise, entre autres. Ces bonis sont payés, soit en fin d’année ou à la fin de l’année financière. À savoir que le paiement de ces bonis est « monnaie courante » dans les banques, le secteur financier et certains grands groupes.

20 décembre. C’est la date à laquelle les employés du secteur public recevront leur salaire ainsi que leur 13e mois. Il faut savoir que le boni doit être payé avant ou le 20 décembre, soit cinq jours avant la Noël. D’après la loi, les entreprises sont dans l’obligation de payer 75 % du boni d’ici le 25 décembre et le reste du montant d’ici le 31 décembre.

* Les données sur le secteur privé nous ont été fournies par Pradeep Dursun, le ‘Chief Operating Officer’ de Business Mauritius et par Rashid Imrith, le président de la Government General Services Union pour ce qui est des données sur la Fonction publique.

Les 6 façons dont les Mauriciens dépenseront leur boni

Que feront les Mauriciens avec leur boni de fin d’année et quel pourcentage de leur 13e mois alloueront-ils à ces dépenses ? Suttyhudeo Tengur, président de l’Association pour la protection de l'environnement et des consommateurs (APEC), nous en dit plus.

Rénover la maison : 10 % du boni

Refaire la peinture, changer les carreaux, construire un garage. Ce sont quelques-unes des dépenses qui seront encourues.

Acheter des jouets : 10 % du boni

Qui dit Noël, dit cadeaux pour les enfants. Les parents accorderont une partie de leur boni à l’achat de jouets. À savoir que les enfants ont une préférence, ces dernières années, pour les jeux informatiques.

Miser sur l’alimentation : 20 % du boni

Les festivités sont synonymes de consommation. Certains en profitent pour manger un peu mieux et certains font couler à flots des boissons alcoolisées.

Se procurer du matériel scolaire : 20 % du boni

Permettre à leurs enfants d’avoir des livres et le matériel scolaire neuf et aussi des uniformes et des chaussures pour bien entamer la rentrée. C’est la priorité des priorités pour les parents. Un budget est donc réservé à cet égard.

Se doter de nouveaux vêtements : 20 % du boni

C’est la tradition. Le Nouvel An est l’occasion par excellence d’acheter de nouveaux habits que l'on portera lorsqu’on ira rendre visite aux proches et aux amis.

Faire des sorties :20 % du boni

Profiter de la période des fêtes pour passer quelques jours dans un bungalows, manger dans des restaurants ou encore aller en boîte de nuit. Un bon nombre de Mauriciens prévoient une partie de leur boni à ces types de dépenses.

Le saviez-vous ?

  • Une partie du salaire du fonctionnaire est déduite pour la pension, le prêt qu’il/elle a contracté, le véhicule qu’il/elle a acquis et autres déductions. Or, pour le boni, le fonctionnaire reçoit l’équivalent d’un mois de salaire sans toutes ces déductions. Ce qui fait qu’il reçoit un boni nettement supérieur au salaire qu’il/elle perçoit tous les mois. Autre indication : contrairement à certains de leurs collègues du secteur privé, les fonctionnaires n’obtiennent pas de boni de performance, de profitabilité et autres types de boni.
  • Dans la Fonction publique, les fonctionnaires, qui ont déjà remboursé leurs prêts immobiliers et ont marié leurs enfants, utilisent leur boni pour voyager, notamment pour aller en pèlerinage en Inde, à Lourdes ou encore à La Mecque. Par contre, les couples encore jeunes utilisent une partie de leur boni auquel ils ajoutent un soft loan pour des travaux de rénovation. Quant aux jeunes parents, ils consacrent une partie de leur boni aux dépenses scolaires de leurs enfants en janvier. « Il n’y a qu'un infime pourcentage  qui est dépensé dépensé sur les produits de consommation dans le cadre des festivités », avance Rashid Imrith.

Boni de fin d’année : les bénéficiaires aux termes de la législation en vigueur

C’est entré dans les mœurs, à chaque fin de décembre, les salariés et les pensionnaires ont droit à un boni de fin d’année, connu comme le 13e mois.

L’article 31 A de l’Employment Rights (Amendment) Act de 2013, prévoit que 75 % du boni doivent être payés cinq jours avant le 20 décembre et la tranche restante de 25 % restante au plus tard le dernier jour de travail de l’année.

Qui y sont éligibles ? Tous les salariés couverts par l’Employment Rights Act ou le Remuneration Order, qui ont travaillé durant toute l’année ou une partie de l’année, et qui sont toujours en service à la fin de l’année. Les salariés qui ne sont pas régis par un Remuneration order et qui touchent plus de Rs 360 000 par an, sont aussi éligibles.

Les employés comptant au moins douze mois de travail continu, ont droit à un boni de fin d’année équivalent à un douzième du total de leurs rémunérations durant l’année.

La « End of year Gratuity Act » de 2001 prévoit aussi le paiement d’un boni de fin d’année équivalent à un mois de salaire de base à tout salarié qui a travaillé au moins 2/3 du nombre des jours ouvrables durant l’année. Les salariés qui ont pris de l’emploi durant l’année ou qui ont été licenciés pour des raisons économiques ou qui ont pris leur retraite durant l’année ont aussi droit à un boni de fin d’année sur une base pro- rata.

Du côté des syndicats, comme chaque année, ils attirent l’attention du ministère du Travail et des Relations industrielles sur le cas de plusieurs travailleurs qui n’ont pas obtenu leur boni de fin d’année. Ils souhaitent que le ministère prenne des mesures pour que les salariés perçoivent ce boni.

Brin d’histoire

C’est dans les années 75 que le boni de fin d’année a été introduit. À l’époque, les employés de l’industrie sucrière – activités en plein boom – recevaient une « gratification » en fin d’année. Ce revenu additionnel permettait à ces Mauriciens de célébrer dignement les festivités de fin d’année.

Depuis, le boni a été étendu aux secteurs public et privé jusqu’à devenir non seulement une tradition culturelle, mais aussi une obligation légale. En effet, la End of Year Gratuity, qui donne force de loi au paiement du boni, était votée tous les ans. Mais, depuis 2001, il y a eu une abrogation de la législation faisant du paiement du boni un droit acquis permanent pour les employés. « À savoir que le système du 13 month cheque existe également dans d’autres pays », indique Pradeep Dursun.

 

We also reccomend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtsCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe