Economie: ces chiffres qui vont vous démoraliser

1 year, 1 month ago - March 11, 2020
Comment va l’économie de notre pays ? Le rapport de l’audit, soumis ce mardi 10 mars, dresse un bilan plutôt inquiétant; et là encore, il ne prend pas en compte le risque de «catastrophe» tel que redouté par le Premier ministre lui-même face au Coronavirus.

Si vous êtes d’humeur à vous laisser démoraliser, voici ces quelques chiffres retrouvés dans ce document complexe mais qu’on a tenté de simplifier pour vous.

Dépenses et revenus

C’est comme pour votre budget mensuel: vous connaissez votre salaire, vous listez vos dépenses prioritaires, puis secondaires, et ainsi de suite. Et bien pour les finances publiques, ça s’est plutôt mal passé. L’Etat espérait récolter 117 milliards de roupies (à travers la taxe, les retours sur investissements etc). Mais au final ses recettes pour pour l’année financière 2018-2019 ne s’élèvent qu’à 108 milliards, soit un trou de 9 milliards. 9 milliards, ça s’écrit comme ça: Rs 9 000 000 000 ! (Ça en fait des zéros).

Si vous ne pouvez pas vous permettre de budgéter plus que ce que vous gagnez, l’Etat lui peut (évidemment il s’endette et on en parlera plus loin). En 2018-2019, l’Etat a dépensé Rs 147 milliards ! C’est Rs 39 milliards de plus que ce qu’il a récolté (Rs 108 milliards).

Actifs et passifs

N’ayons pas peur des termes techniques, ceux-ci sont faciles à comprendre. Les actifs, en anglais assets, ce sont vos biens. Pour nous, commun des mortels, c’est d’abord notre compte en banque, puis notre maison, nos meubles, notre voiture etc. Et puis ça se complexifie un peu si nous avons des actions dans des compagnies. Pour l’Etat c’est la même chose. Bref, un actif c’est positif, et un passif, il est négatif. Les passifs, en anglais, liabilities, ce sont les dettes, les paiements à effectuer. Une entreprise procède par ce calcul simple pour établir sa santé financière: net = (actifs – passifs). Et bien il se trouve que les actifs de l’Etat ne s’élèvent qu’à Rs 41 milliards.

Les passifs eux totalisent Rs 86 milliards ! Soit 45 milliards de plus. Du coup, dans le document qui stipule la santé financière de l’Etat, on ne parle pas de «net asset» mais de «net liabilities» de Rs 45 milliards.

Mais ça ce n’est pas bien grave. Un pays n’est pas une entreprise, elle a des responsabilités sociales (pensions etc), et on ne peut pas s’attendre à ce qu’il respire la santé financière égale à celle de «google». Cela dit, il y a des limites à ne pas franchir, et c’est là qu’il faut s’inquiéter.

65%: seuil «magique» franchi

Ce n’est pas du tout réjouissant. Imaginez que tout ce que produisez et toute votre richesse soit de Rs 100 et que votre dette s’élève à Rs 65 roupies alors que vous continuez à dépenser plus que ce que vous gagnez et produisez. C’est une explication simpliste de la dette publique face au PIB.

Les Rs 100 plus haut, c’est le PIB du pays, le produit intérieur brut. C’est la richesse d’un pays. La dette publique elle, ce sont toutes les dettes de l’Etat (aux banques, aux pays «amis» etc). Maurice s’est engagée à ramener sa dette à 60% de sa richesse en 2020-2021. C’est clair, nous n’atteindrons pas ce chiffre. Or nous nous sommes aussi engagés à nous assurer que notre dette, en attendant, ne dépasse pas les 65% du PIB. Et bien c’est raté. Pour la première fois, la dette publique représente 65.3% de notre PIB.

Si vous voulez savoir combien ça vaut, voici le chiffre réel de la dette publique: Rs 320 milliards. Avec les zéros ça s’écrit comme ça: Rs 320 000 000 000 ! (Ca en fait encore des zéros).

En passant, l’emprunt pour le Metro, et celui pour les caméras de Safe City ne font pas partie de ces Rs 320 milliards. On vous épargnera les technicités, mais ils n’y sont pas.

Métro

Vous vous êtes déjà demandés combien d’argent Metro Express Ltd a déjà touché du gouvernement ? Il est dans le rapport de l’audit. Rs 8.4 milliards.

Le chiffre exact c’est: Rs 8 486 370 872, et là encore c’était le chiffre au 30 juin 2019.

Cet item est listé comme un investissement. Pas étonnant à ce rythme-là que les retours sur investissements pour l’Etat ne s’élèvent qu’à moins de 1% des sommes investies par l’Etat dans les compagnies. L’Etat compte des investissements de Rs 30 milliards dans des compagnies. Ces Rs 30 milliards ne lui ont rapporté que Rs 186 millions. Le mot «que» dans cette phrase n’est pas de nous. Le Directeur de l’audit le dit lui-même: «Only Rs 186 million were received as dividends».

Text by lexpress.mu

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe