Affaire BAI: Malaise Entre les Cabinets d’Audit

6 years, 2 months ago - September 15, 2015
Certains parlent de concurrence malsaine et de guerre ouverte entre les cabinets d’audit. À l’origine: le choix des administrateurs spéciaux et des conservateurs pour redresser financièrement le groupe BAI et ses différentes filiales.

Or, redressement il n’y a pas eu. En revanche, on a assisté à l’écroulement d’un empire financier associé, selon le gouvernement, au plus gros Ponzi Scheme à Maurice et dont les effets se feront sentir encore longtemps.

La décision de la Financial Services Commission (FSC), autorité régulatrice du secteur non bancaire, de privilégier PricewaterhouseCoopers (PwC) pour gérer la crise du groupe BAI et ses filiales, a déclenché la colère des associés des autres firmes d’audit. Trois partenaires de PwC, André Bonieux, Mushtaq Oosman et Yogesh Basgeet, ont été choisis pour agir à la fois comme conservateurs et administrateurs spéciaux du groupe BAI.

«C’est faux de dire que nous avons été privilégiés dans ce cas. Nous avons été choisis sur la base de notre compétence, de notre sérieux et de notre savoir-faire par rapport à tout ce qui touche à l’administration des entreprises en difficulté», explique un partenaire de PwC.

«Je n’ai jamais compris pourquoi la FSC a frappé à la porte d’une seule société»

D’autres ne partagent pas cet avis. «Certes, c’est un high-profile case. Mais nous avons la compétence et la logistique pour le faire. Je n’ai jamais compris pourquoi la FSC a frappé à la porte d’une seule société», confie un partenaire de Deloitte, firme membre du Big Four avec PwC, KPMG et Ernst & Young.

Le cabinet KPMG, de son côté, est aujourd’hui épinglé par la FSC. La société d’audit externe du groupe BAI traîne aujourd’hui un boulet pour ne pas avoir détecté à temps les irrégularités financières commises par les auditeurs internes du groupe et alerté les autorités concernées. Mais «les corporate failuresexistent dans tous les pays et ce n’est pas une raison pour cibler la société d’audit. Il faut analyser toutes les raisons qui ont amené à la chute du groupe BAI», explique-t-on dans les milieux proches de KPMG.

Entre-temps, PwC a été dessaisie de ce dossier, Mushtaq Oosman a été révoqué, Yogesh Basgeet a soumis sa démission le 26 août et la FSC l’a remplacé par Yacoob Ramtoola, un des partenaires de la firme BDO. Et la donne a changé. PwC est subitement devenue la cible privilégiée de la FSC et du ministre des Services financiers Roshi Bhadain.

Ce cabinet est critiqué pour sa lenteur dans la gestion de la crise du conglomérat Rawat. Pire: la FSC refuse de régler ses honoraires, évalués à Rs 136 millions pour les quatre mois de travail. La commission, elle, a fait ses calculs: l’assignment inachevé du trio Bonieux-Oosman-Basgeet ne sera pas rémunéré plus de Rs 39 millions. Du coup, c’est la confrontation entre la FSC et PwC qui étudie toutes les options pour se faire payer.

Quant au nouveau Special Administrator, il veut marquer sa différence. En deux semaines, le tandem Yacoob Ramtoola - Afsar Ebrahim se targue d’avoir réglé plusieurs dossiers qui traînaient chez PwC. À l’instar de la société Iframac pour laquelle un accord a été trouvé avec la garantie de conserver les emplois de la quasi-totalité des employés.

La réplique n’a pas tardé. «Il ne faut pas que BDO s’arroge la paternité des enfants des autres. Cet accord dont parle Yacoob Ramtoola, nous l’avions conclu au début du mois dernier. La presse en avait fait état très brièvement. Mais le gouvernement n’a pas souhaité le rendre public», affirme un partenaire de PwC.

Rififi chez les cabinets d’audit

Aujourd’hui, deux cabinets d’audit sont dans le collimateur du ministère des Services financiers. Ils pourraient être boycottés par rapport aux contrats des organismes parapublics et autres institutions. «Pendant 15 ans, nous n’avons pas bénéficié d’un seul contrat de l’État. La société continue d’exister», rétorque-t-on au siège de PwC.

Chez KPMG, c’est «business as usual». Existe-t-il des pressions pour que KPMG change de représentation à Maurice? La question ne se pose pas, nous répond-on: la branche locale a le soutien total de la maison mère.

Et comme le malheur des uns fait le bonheur des autres, Deloitte, Ernst & Young ou encore BDO se positionnent aujourd’hui pour brasser large. Ernst & Young de Gerald Lincoln a décroché le contrat de la SBM (après appel d’offres) et la Banque de Maurice. Deloitte a été choisie par la SIC comme l’administrateur de sa filiale Éditions de l’océan Indien et travaille parallèlement sur un nouveau Business Plan pour les Casinos de Maurice. Quant à BDO, la firme a été choisie pour compléter l’assignment de la BAI. D’autres offres ne tarderont pas.

Du rififi parmi les cabinets d’audit, on aura tout vu. Un audit s’impose…

Text by lexpress.mu

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe