Poste-de-Flacq: le cimetière oublié de la plage de Choisy

4 years, 4 months ago - October 31, 2016
 Le lopin de terre à côté de la grand-croix est jonché de déchets.

Le lopin de terre à côté de la grand-croix est jonché de déchets.

Image by lexpress.mu

Des tombes datant des années 1700 se trouvent au cimetière de Poste-de-Flacq, sur la plage de Choisy. Autrefois appelé «ancien cimetière», il est toujours utilisé par les habitants. Mais le manque d’entretien est de plus en plus apparent. Constat.

Les membres du conseil du village s’étaient engagés à asphalter l’accès qui y mène depuis 2006. Or, cet accès situé à côté de l’hôtel Prince Maurice et menant à la plage de Choisy et au cimetière est toujours dans un état déplorable. Les quelques touristes de l’hôtel qui s’y risquent ont du mal à se rendre sur la plage de Choisy. Ils sont obligés d’emprunter un chemin parfois rocailleux à travers les bois.

Les causes pour lesquelles les travaux n’ont pas été effectués : un «problème financier et d’autres soucis», explique Navin Mungla, président du village. «Mais l’ancien régime, ainsi que le gouvernement actuel, surtout les ministres et députés de la circonscription, ont fait deux visites des lieux cette année et ils ont dit que cette route serait asphaltée. Nous attendons toujours», souligne un Navin Mungla, dépité.

Une fois les obstacles franchis; c’est un paysage merveilleux qui s’offre aux regards. Le sable fin, une belle vue sur le temple Shiv Sagar Mandir, situé sur un îlot au milieu de la mer… le décor est idyllique. Mais ce moment de plénitude ne dure pas longtemps. Car dans le décor, un peu plus loin se trouve aussi le cimetière qui est dépourvu de gardien et de toilettes, et qui semble avoir été oublié mais assurément négligé.

Sur la grande croix, des limons coupés, des coques d’oeufs, des fleurs, du sindoor, des bougies, entres autres. Des objets qui n’ont pas leur raison d’être et qui souvent utilisés lors des cérémonies occultes.

Le président du village met en cause l’absence de gardien. Selon lui, les gens louches s'adonnent à la sorcellerie dans ce cimetière. «Ils préfèrent venir ici car c’est tranquille et isolé». Et d’ajouter que «c’est seulement lorsqu’il y a une cérémonie officielle que l’on note la présence d’un gardien. Autrement, l’endroit reste désert».

Pis encore, juste à côté de la grand- croix se trouve une petite parcelle de terrain. Elle a été convertie en dépotoir où des déchets de toutes sortes y ont été jetés.

Si certaines tombes, probablement récentes, sont bien entretenues, la différence est flagrante en comparaison avec les plus anciennes pierres tombales qui ont été totalement délaissées alors que d’autres sont même enfouies sous le sable.

Asraf Ramdin, un chauffeur de taxi travaillant pour l’hôtel le Prince Maurice, qui habite également la région, raconte, qu’autrefois certaines tombes étaient couvertes de pierres anciennes mais elles ont toutes été volées.

Cet habitant déplore le manque d’entretien du cimetière par les autorités. «Depuis mon enfance, je connais ce coin. Il y a une plage magnifique, qui est très fréquentée mais c’est dommage que les autorités ne fassent rien pour rendre l’endroit plus accessible au public.»

Asraf Ramdin poursuit en disant que «pour l’hommage rendu aux morts, au début du mois de novembre, il y a beaucoup de personnes qui viennent se recueillir dans ce cimetière. C’est dommage qu’elles doivent passer par cet accès rocheux et voir toutes ces horreurs pour la vue».

Interrogé Oumesh Rajkumarsing, le président du conseil de district de Flacq, explique que ce cimetière n’a pas de gardien car il fait partie de la plage publique. Il déclare qu’il est difficile de contrôler les allées et venues des gens. Par rapport aux ordures accumulées, il précise que le nettoyage y est fait de façon régulière, mais que ce sont souvent des piqueniqueurs qui salissent l’endroit.

Le problème de l’accès à la plage s’éternise

Beaucoup de Mauriciens ne connaissent pas l’existence de la plage Choisy, située tout près de l’hôtel Prince Maurice, à Poste-de-Flacq. De nombreux habitants souhaitent que le gouvernement trouve une solution pour que le chemin menant à la plage soit plus accessible car il a été décrété public depuis longtemps. Navin Mungla, le président du village explique qu’à l'avènement de chaque nouveau régime, cette plage fait l’objet de discussions. En vain.

 

Text by lexpress.mu

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtsCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wagemlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe