CEB vs Terragen: le courant ne passe plus

2 weeks, 4 days ago - May 02, 2022
None
La centrale qui a suspendu ses opérations fournissait 17 % de la consommation nationale; Joe Lesjongard étale les dessous des négociations; Black-out, délestage : «Ena asé kouran», dit le ministre de l’Énergie; Cinq ministres, dont le PM, ont fait le pont entre le producteur indépendant et le CEB

Le climat est électrique. Depuis 16 heures, vendredi, Terragen (ex-CTBV) ne produit plus d’électricité à sa centrale thermique située à Belle-Vue… Plus tard dans la soirée, le Central Electricity Board (CEB) a émis un communiqué «pour informer la population que toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour assurer la fourniture d’électricité dans le pays». Mais, concrètement, qu’est-ce que cela implique pour nous, consommateurs, et pour l’économie ? Doit-on craindre un black-out ? Les consommateurs pèteront-ils un câble ?

De prime abord, le fait que la suspension des opérations de Terragen a été évoquée en long et en large par le ministre de l’Énergie Joe Lesjongard, hier, à la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement, en dit long. Il faut dire que ce nouveau brûlant dossier concerne de très près les 491 287 abonnés, alors que la demande ne cesse d’augmenter. Rappelons qu’un pic record historique de 507,2 Megawatts (MW) avait été enregistré le 10 décembre 2019 à 14 heures.

À partir de bagasse et d’un peu de charbon utilisés comme combustibles pendant la coupe et le charbon uniquement durant l’entrecoupe, Terragen fournissait 15 à 17 % (71,20 MW) de la consommation nationale en électricité. Ce qui est loin d’être insignifiant et explique le communiqué du CEB, vendredi soir. Le ministre de l’Energie a, lui, affirmé, dans un premier temps, que «ena asé kouran» pour pallier le manque avant de juger utile de préciser que les dispositions ont été prises par le CEB et ses partenaires pour augmenter sa production énergétique. Le ministre aurait également pu détailler comment cela se fera, concrètement, pour dissiper toute appréhension d’un possible délestage dans les prochains jours. Mais il ne l’a pas fait…

Pourquoi en sommes-nous là ?

Terragen, un des Independent Power Producers (IPP) du pays, a signé un contrat de 20 ans avec le CEB le 24 juin 1998. La centrale est entrée en opération en juillet 2000. Ce Power Purchase Agreement, qui a expiré le 30 juin 2020, a été renouvelé pour une période de 30 mois, soit jusqu’au 31 décembre 2022, comme on peut le lire dans le rapport annuel 2019-20 du CEB – le dernier disponible.

Dans un communiqué envoyé, hier, Terragen affirme qu’aux termes du contrat liant la compagnie au CEB, «le quadruplement du prix du charbon ne peut que partiellement être pris en compte dans le tarif de l’énergie vendue; ce qui fait que le prix du charbon est maintenant en lui-même plus élevé que le prix de vente de l’électricité au CEB, ce qui est de nature à mettre en danger l’équilibre économique de Terragen». De plus, depuis juin 2020 et ensuite en octobre 2021, Terragen a informé le CEB de cette «anomalie contractuelle».

Début mars, confrontée à une nouvelle envolée des prix du charbon, liée à la crise ukrainienne, Terragen dit s’être retrouvée dans l’obligation de servir un Avis de force majeure au CEB. Cette clause, toujours selon le producteur indépendant, qui figure dans le contrat, permet à l’autre partie de suspendre ses obligations quand elle est confrontée à des circonstances imprévisibles et insurmontables.

Toujours selon la version de Terragen, le 4 mars, elle a notifié le CEB du fait qu’elle ne serait rapidement plus en mesure de faire face à son obligation de lui fournir de l’électricité, étant dans l’impossibilité d’acheter du charbon, après avoir épuisé ses stocks de combustibles. Pour Terragen, cette démarche ne résulte pas d’une décision intempestive.

De son côté, Joe Lesjongard a expliqué que la demande de révision du contrat, plus précisément la Price Indexation Formula par Terragen, n’a pas été agréée par le CEB. «Li vré ki prix sarbon inn monté. Mé li normal ki o milié enn kontra, demann sanz kontra la ?» a déclaré le ministre de l’Énergie face à une partie de la presse, hier. Il fait ressortir qu’il est aussi vrai que pendant des années, le prix du charbon est resté bien bas sur le marché mondial. Il soutient que selon ses informations, de 2000 à 2020, Terragen a réalisé un chiffre d’affaires de Rs 22 Mds, avec un profit net de Rs 1,5 Md de 2012 à 2021 (dont Rs 135 M l’année dernière) et que la compagnie avait amorti ses investissements dans la centrale en 2011.

«Kan sitiasyon ti bon pa ti bizin revoir formil. Li inakseptab kan fer profi, met dan pos ek kan sarbon monté, gouvernman ki bizin payé sirtou dan enn période d’extrême difikilté», a lancé Joe Lesjongard. Il a surtout révélé que cinq membres du Cabinet dont le Premier ministre, le ministre des Finances, celui du Commerce, l’Attorney General et luimême «ont essayé de faire le pont entre le CEB et Terragen» sur la question. «Nous avons fait des propositions mais à chaque fois que Terragen écrivait, elle brandissait la menace d’arrêter sa production énergétique. Pa kapav anvi diskité ek met kouto anba la gorz.»

Le ministre a indiqué que la demande de Terragen impliquait que le CEB aurait eu à payer Rs 700 M au producteur indépendant pour la période de janvier à décembre 2022. Que malgré les différentes formules proposées, Terragen a campé sur sa position. D’où le recours du CEB à la Cour suprême le 22 avril.

En attendant, ce qui inquiète aussi, comme Terragen, trois autres gros producteurs indépendants utilisent eux aussi du charbon pour la production énergétique alors que la part d’énergies renouvelables à partir du soleil, du vent et des déchets dans le mix énergétique est de seulement 23,45 %. Encore très loin de la barre des 40 %, qui serait portée à 60 % d’ici 2030, évoquée dans le discours du Budget 2021-2022…

Terragen répond à Joe Lesjongard

Le principe de base de tout Independent Power Producer (IPP), rétorque Terragen face aux dires du ministre Lesjongard, est qu’il est responsable de transformer le charbon en électricité et ne prend pas la responsabilité du prix du charbon car il ne peut pas le répercuter aux consommateurs. «La mauvaise indexation de Terragen déroge à ce principe et la force à payer une partie du coût du charbon; ce qui avec le prix actuel l’emmène droit à la faillite.» Terragen se dit toujours prête à redémarrer les turbines de la station si le CEB accepte de revoir et de renégocier les conditions de l’accord pour tenir compte des augmentations substantielles du prix du charbon, chose que le CEB a toujours refusé de faire, sans aucune raison valable, selon la compagnie. Terragen espère toujours que le CEB reviendra sur sa position, «dans l’intérêt du pays». Concernant les profits mentionnés par le ministre de l’Énergie, le producteur indépendant rétorque qu’il est inexact de prétendre que si Terragen a réalisé des profits pendant les 20 premières années du contrat, c’était dû au niveau, bas, du prix du charbon. «La formule du contrat d’origine prévoyait un pass through des coûts du charbon, et le niveau de profitabilité de Terragen était donc indépendant des prix du charbon si les prix du charbon ont été bas pendant les 20 premières années du contrat, le bénéficiaire en aura été la CEB et donc le consommateur d’électricité», affirme-t-elle.

De préciser qu’il est vrai que, comme toute compagnie responsable, Terragen a assuré la pérennité de l’entreprise, pour ses actionnaires, notamment la communauté des planteurs. La compagnie affirme que dans son cas, le coût du prix d’électricité était d’environ Rs 2 et grâce à cela, le pays et les consommateurs ont pu économiser approximativement Rs 800 millions par an.

Terragen Limited, Qui Assure 17 % De La Production Energétique Du Pays, A Cessé Ses Opérations

Terragen Limited, producteur d’énergie indépendant à la hauteur de 17 % de la production énergétique du pays, et qui avait un contrat avec le Central Electricity Board, a cessé ses opérations.

Dans un communiqué émis ce matin, Terragen Ltd affirme que « cet arrêt ne résulte pas d’une décision prise intempestivement par Terragen, qui a montré depuis plus de 20 ans son attachement à fournir le meilleur service au CEB et aux Mauriciens, mais des conséquences de l’impossibilité de pouvoir commander du charbon aux prix actuels ». Elle dit souhaiter que des conditions soient réunies pour lui permettre de poursuivre sa mission industrielle. Elle encourt depuis des mois des pertes évaluées entre 2 et 3 millions de roupies par jour. Le CEB a logé une demande d’injonction devant la Cour Suprême le 22 avril 2022 pour contester la demande de Terragen Ltd, pour l’arrêt de ses opérations. L’affaire a été fixée pour être entendue sur le fond le vendredi 6 mai 2022.

Terragen explique aussi qu’en dépit des réunions avec le Premier Ministre et d’autres Ministres concernés, il n’y a pas eu de propositions acceptables pour une sortie de cette crise.

Une situation qui va créée des dommages irréparables, selon le Central Electricity Board, ce qui implique que toutes les centrales tourneront au maximum avec une hausse du cout de l’électricité comme conséquence.

Cependant, le CEB se veut rassurant. Il n’y aura pas de Black Out dans l’immédiat, car toutes les mesures sont prises pour assurer une fourniture continue de l’électricité. Pour le député Travailliste et ancien Président du CEB, Patrick Assirvaden, Maurice se retrouve sous la menace d’une pénurie d’électricité. Il demande au CEB de régler à l’amiable les problèmes avec Terragen Ltd et de trouver des solutions rapides.

Voici le communiqué de Terragen :

Nous avons pris connaissance du communiqué du CEB en date du 29 avril 2022, et il nous parait utile d’apporter les précisions suivantes :

  • La centrale de Terragen a été mise en service en juillet 2000 et a, pendant plus de 20 ans, fourni aux mauriciens une énergie fiable et compétitive, représentant environ 15% de la consommation nationale.
  • Des récents événements sur le plan international ont impacté significativement les prix du charbon consommés par les “independent power producers” (IPP), qui ont atteint des niveaux sans précédent.
  • Dans le cas de Terragen, le quadruplement du prix du charbon ne peut que partiellement être pris en compte dans le tarif de l’énergie vendue, aux termes du contrat liant Terragen au CEB ; ce qui fait que le prix du charbon est maintenant en lui-même plus élevé que le prix de vente de l’électricité au CEB, ce qui est de nature à mettre en danger l’équilibre économique de Terragen.
  • Depuis juin 2020 et par la suite en octobre 2021, Terragen a informé le CEB de cette anomalie contractuelle. Au début de mars 2022, confrontée à une nouvelle envolée des prix du charbon, liée à la crise ukrainienne, Terragen s’est retrouvée dans l’obligation de servir un Avis de Force Majeure au CEB.
  • La clause de Force Majeure figurant dans le contrat permet à la Partie l’invoquant de suspendre ses obligations quand elle est confrontée à des circonstances imprévisibles et insurmontables. Terragen a ainsi notifié au CEB, le 4 mars 2022, qu’elle ne serait rapidement plus en mesure de faire face à son obligation de lui fournir de l’électricité pour cause de Force Majeure, étant dans l’impossibilité d’acheter du charbon.
  • Après avoir essayé par tous les moyens de poursuivre son exploitation et après avoir épuisé ses stocks de combustibles, Terragen a été contrainte de suspendre ses opérations le 29 avril 2022.
  • Cet arrêt ne résulte pas d’une décision prise intempestivement par Terragen, qui a montré depuis plus de 20 ans son attachement à fournir le meilleur service au CEB et aux mauriciens, mais des conséquences de l’impossibilité de pouvoir commander du charbon aux prix actuels. Terragen souhaite réitérer qu’elle a été en communication avec le CEB à ce sujet depuis plusieurs mois, plus particulièrement depuis qu’elle a déclaré l’état de Force Majeure.
  • Terragen souhaite très vivement que les conditions puissent être rapidement réunies pour lui permettre de poursuivre sa mission industrielle.
  • Par respect pour les procédures judiciaires en cours, Terragen n’est pas en mesure de faire d’autres commentaires à ce stade.

Text by lexpress.mu

We also recommend

Tags Cloud
2010accidentsadvertisingAfrAsiaafricaagroAir Franceair mauritiusAirlinesairportairway coffeeAlvaro SobrinhoamazonAmeenah Gurib-FakimAMLandroidApollo Bramwellappleappointmentsappsarrestasiaauditaudit reportaustraliaaviationawardsBABagatelleBAIBangladeshbankbanksbarclaysbeachbeachesBeau Bassin-Rose HillbetamaxBOIboko haramBollywoodBOMbombingbpmlBPOBramer BankbrazilbrexitbudgetBusinessCanadacanecareercareer tipscasinoCCIDCCMCEBcementChagosCHCchinaCIELcigarettesconferenceConfinementCongoconstructioncontestCoronaviruscorruptionCourtCourtscouvre-feuCOVID-19CPBCPEcreativitycrisiscruise shipsCSOCT PowerCultureCurepipecustomerscustomsCWAcyclonedamDawood RawatDBMdeficitdenguedevelopmentdoctorsDomaine les PaillesDPPdrug traffickingdrugsDTAADuty FreeearthquakeebolaecoécoleseconomyEducationEgyptelectionselectoral reformelectricityEmiratesEmtelenergyENLentrepreneurshipEUEuropeeventsexamexamsexpoexportfacebookfairfarmersfeeFIFA World CupfinancefinancesFirefishfishingFlacqFlic-en-FlacFloodsfoodFootballforecastforeign workersFrancefraudfruitsFSCfuelfunnyGAARgamblinggamesgasgazaGermanygooglegovernmentGRAgreengreen energyhackershajjhawkershealthhealthcareHeritage Cityhistoryholidayshorse racingHospitalhotelhotel businesshotelshow toHRHRDCHSBCHSCIBLICACICTICTAID cardillegal fishingIMFimportindiaIndian OceanIndonesiainflationinfrastructureinnovationsinsuranceinternetInterviewinterview tipsinvestmentinvestmentsiosiPadiphoneiraniraqIRSISISisraelITItalyjapanJin FeijobjobsjournalismKenyalandlawlawslayoffsleadershipLepeploanslocal governmentLockdownlotteryLRTLufthansaMadagascarmalaysiamalaysia airlinesmanagementmanagement tipsmanufacturingmarketmarketingmarketsMauBankMauritiansmauritiusMBCMCBMCCImeccaMedical CouncilmedicamentsmedicineMedPointmeetingMEFMESMetro ExpressMEXAMicrosoftMIDMIEmigrationminimum salaryminimum wageMITDmlMMMmoneymoney launderingmotivationmoviesMozambiqueMPAMPCMPCBMRAMSCMSMMTMTCMTPAMusicMV BenitaNandanee SoornackNarendra ModinatureNavin RamgoolamNavind KistnahNCBNDUnetworkingNew Mauritius HotelsNHDCNigeriaNobel Prizenorth koreaNTCNWCCofficialsoffshoreoilOlympic GamesOmnicaneorangeOUMPakistanpalestineparliamentPaul BérengerPhilippinesPhoenix Beveragespicture of the daypiracyplagePMPMOpmsdPNQpolicepoliticsportPort LouisPort-LouisPravind JugnauthPRBpricepricesproblemprostitutionprotestspsacPSCpsychologyPTRpublic servicequatre-bornesrainsRakesh Gooljauryratingsreal estatereformsrepo rateRESrestaurantsresultresultsReunionriceroadsRoches-Noires caseRodriguesRogersRose-HillRoshi BhadainRussiaSAJsalariessalarysalessamsungsaudi arabiasbmSCscamscandalscholarshipsSchoolschoolssciencesecuritySeychellessharksshootingshoppingshopping mallSICsicomsingaporeSITskillssmart citysmartphonesSMeSMEDASobrinho casesocial mediasocial networks & messengerssolar energysouthsouth africasouth koreasportSportsstartupsstatisticsstatsSTCstrategystreet vendorsstrikestudysuccesssugarSun Tan caseSunkai casesyriaTAtabletsTanzaniataxtax heaventaxesteaTECtechnologytelecomterrorismtextilethailandthefttime managementtipstourismtradingtrainingstransporttrendstunaTurfTurkeyTVtyphoonukukraineunemploymentunionsuniversityuomUSUTMvacanciesVacoas Popular Multipurpose Cooperative SocietyVacoas-Phoenixvarma casevegetablesVideo of the DayvisaVishnu LutchmeenaraidooWaterWaterparkWeatherWhitedot Casewi-fiWMAWorld BankXavier-Luc DuvalYEPzimbabwe